Placements : achetez des déchets

  • Aujourd’hui 59 millions de Français sont concernés par la collecte sélective des emballages ménagers. Chacun produit aujourd’hui deux fois plus de détritus qu’il y a 40 ans, soit 360 kg annuels ! Au total cela représente un volume annuel de déchets équivalant à la taille du Mont Blanc. Evidemment, une véritable filière économique s’est développée pour gérer de tes volumes. Qui en fait partie ? Comment en profiter vous aussi ?

    Quels sont les acteurs de la filière déchets ?

  • Il y en a de toutes sortes : de la collecte des batteries usages, d’huiles, de piles ou d’ordinateurs, les entreprises qui recherchent vos poubelles se multiplient sur un marché en croissance de 1 à 2 % par an par habitant.


    A coté de la collecte et du retraitement des ordures ménagères, il existe des filières spécialisées en gestion des déchets industriels, hospitaliers, des appareils électriques et électroniques usagés, des voitures, etc.

    Investissez dans les déchets ?

    Pour tirer profit de cette croissance et contribuer au financement des entreprises d’un secteur rentable et utile à notre environnement quotidien, vous pouvez investir dans deux types de placements : les certificats et les actions.



  • Investir dans un certificat  : il faut garder en mémoire que ce secteur est nouveau et n’offre pas un historique ni de recul importants. Globalement, les certificats dédiés aux entreprises européennes semblent préférables à ceux qui offrent un univers international, car ils évoluent dans un cadre réglementaire plus homogène et stable.




    La Société Générale a créé 2 certificats :


    Le certificat Plus international, 100 % Global Waste Management, (FR0010468751-4902S) lancé le 4 mai 07 à 105,80 euros, coter 104,90 euros début novembre 07. Une performance qui s’explique par la crise des marchés au mois d’août où le avait touché un point bas à 98 euros avant de se redresser.

    Le certificat Eaux et traitement des déchets (XSO315381904) repose sur 13 valeurs européennes dont Veolia et BWT. Lancé le 30 août à 1 000 euros, il cote 1 056 euros début novembre 2007.

    Le certificat Open-end d’ABN Amro  :valorisation des déchets et recyclage (FR0010486878). Il est indexé sur l’indice ABN Amro Waste Management Total Return composé de 15 valeurs internationales dont 2 françaises, Séché et Suez. Il est accessible à 95,35 euros (novembre) avec une performance est étale depuis le lancement. abnamromarkets.fr



  • Investir dans des actions à forts potentiels  :
    Il s’agit de choisir les bonnes actions au cas par cas (« stockpicking ») dans un secteur qui compte des entreprises de toutes tailles, des groupes internationaux aux PME.
    Dans le recyclage, 2 entreprises sortent du lot par leur taille et leur potentiel industriel et boursier. Le groupe de stockage et de traitement Séché Environnement qui est environ 15 % moins cher que Veolia avec un cours d’environ 120 euros début novembre qui devrait tendre, selon certains analystes, tendre vers les 150 euros d’ici à la mi-2008. Séché Environnement détient une participation stratégique de 33 % dans la Séché Environnement Saur avec AXA IM et la CDC. En cas de prise de contrôle à 100 %, l’action Séché environnement pourrait être valorisée à 180 euros.

    La société Aurea a plusieurs cordes à son arc. Spécialisée dans la régénération des huiles usagées, cette PME maîtrise également le recyclage du PVC et le traitement des pneus. Son action affiche une hausse de 21 % depuis janvier à 16,42 euros mais pourrait bien dépasser 20 euros à moyen terme.


    La société Euro-plasma développe une technologie digne d’intérêt – la torche à plasma – qui transforme les résidus toxiques comme l’amiante ou les déchets ultimes issus des incinérateurs en produit inerte. Le groupe travaille également à un projet de transformation de la biomasse en gaz ou en diesel. En revanche, ses innovations technologiques peinent à faire des étincelles en Bourse. Il faut donc se montrer patient mais le calcul n’est pas forcément mauvais.

    Outre les deux poids lourds, Suez et Veolia, qui ont en leur sein des activités de recyclage, il existe de petites entreprises cotées dans l’Hexagone. Pour les départager, il faut regarder leur taille, mais aussi leur métier principal. Si, comme Pizzorno Environnement, elles restent cantonnées à des activités en amont de la collecte ou du tri, leurs marges sont en général moins généreuses.


    A lire également :

    - Investissez dans les placements verts