Alimentation

Duel écologique : Papier aluminium vs Emballe sandwich réutilisable

Emballer un sandwich peut sembler anodin. Tandis que le papier aluminium est largement sollicité pour emballer nos petits plats et tout autres aliments, qu’en est-il des carrés de tissu réutilisables ? Quel conditionnement faut-il privilégier pour transporter les aliments sans nuire à l’environnement ?

Papier aluminium

Les pour : pratique, coût, matériau recyclable
Les contre : source de déchets, néfaste pour la santé, production énergivore et polluante

Environnement  : l’aluminium est issu de gisements de bauxite (roche très riche en alumine). Leur exploitation provoque des déforestations non négligeables et la destruction des écosystèmes. Extrait de la bauxite sous forme d’alumine, celle dernière fournit le métal pur (semi-précieux à l’origine) par électrolyse. Or, ce procédé qui réalise des réactions chimiques grâce à une activation électrique, consomme beaucoup d’énergie.

Par ailleurs, outre les émissions de fluor nocives pour la végétation, 1 tonne d’aluminium rejette environ 4 tonnes de boues rouges (résidus de traitement de la bauxite) néfastes notamment en raison de leur pH basique. L’aluminium, bien qu’innocent en apparence, signe donc un bilan écologique très médiocre.

Cependant, l’aluminium peut se recycler, et ce, à 100 % et à l’infini. Il permet de créer des produits qui bénéficient de ses qualités de base. De plus, l’aluminium recyclé nécessite beaucoup moins d’énergie que le métal primaire : entre 5 et 10 % seulement de l’apport initial sont requis. Cela permet également d’économiser les matières premières et de réduire l’impact sur l’environnement

Praticité  : le papier aluminium est pratique pour conserver les aliments au frais, les envelopper tout simplement, mais aussi pour les faire cuire. Il n’altère pas les aliments, protège de la lumière, de l’air et de l’humidité et prend facilement la forme de l’aliment.

Sa légèreté et sa souplesse en font un produit de choix pour le conditionnement de toutes sortes de denrées alimentaires, bien qu’il soit…jetable. Toutefois, l’aluminium ne serait pas sans danger pour la santé et serait même impliqué dans certaines maladies comme Alzheimer ou encore Parkinson.

Coût : il faut compter environ 2 euros le rouleau de papier d’aluminium de 10m. Mais le prix est plus ou moins élevé selon les marques et les spécificités du papier aluminium.

Emballe sandwich réutilisable

Les pour : pratique, réutilisable, économique
Les contre : ne peut être utilisé dans le réfrigérateur

Environnement  : réutilisable à souhait, l’emballage en tissu permet de remplacer les emballages jetables et favorise la culture du réemploi et de l’économie de matières premières. Le Boc’n’ Roll, un emballe sandwich réutilisable et original, est constitué d’un côté textile composé de deux couches de tissu (35 % coton, 65 % polyester), et un côté en plastique flexible et résistant (polyuréthane ou TPU). Ce plastique est écologique et recyclable. Cependant, rappelons que le coton est l’une des cultures les plus polluantes au monde.

Praticité : pratique et léger, il suffit de déplier, placer le sandwich au centre du morceau de tissu et refermer. Une fois déplié, le Boc’n Roll devient un set de table pratique pour récupérer les éventuelles miettes. Les aliments se conservent correctement et restent emballés et protégés par le plastique à usage alimentaire.

En principe, on ne peut pas mettre directement le sandwich dans un sachet en tissu : il faut d’abord l’emballer dans du papier aluminium pour éviter que les aliments ne coulent. Le Boc’n Roll a l’avantage de remplacer l’aluminium et le sachet en tissu grâce à un système de fermeture : il sert à la fois d’emballage et de moyen de transport de l’aliment.

On peut y mettre tout type d’aliments : la taille peut être facilement réglée. Par ailleurs, pour nettoyer le Boc’n Roll, il suffit de passer un linge ou un éponge sur la partie en plastique qui est entrée en contact avec les aliments. Si la partie textile est sale, vous pouvez le laver en machine à 30º.

Toutefois, tout comme l’aluminium, le Boc’n Roll n’est pas adapté au micro-ondes. En revanche, contrairement au papier aluminium, le Boc’n Roll ne sert pas à conserver les aliments dans le réfrigérateur ou congélateur.

Coût : comptez environ 9 euros l’unité. Cela peut paraître cher pour un morceau de tissu mais n’oublions pas qu’il est réutilisable et composé de plastique à la fois écologique et très résistant.

Le verdict consoGlobe

Papier aluminium : 5 / 10
Emballe sandwich réutilisable : 7 / 10

L’aluminium file un mauvais coton

Le papier aluminium est devenu un grand classique en termes d’emballage d’objets du quotidien. Pratique pour préserver les aliments, peu cher, malléable, léger, il a tout pour plaire…ou presque !

En effet, son procédé de fabrication est énergivore et polluante, sans parler des déchets qu’il génère. De plus, côtoyer trop souvent l’aluminium serait risqué pour la santé. Cependant, notons que l’aluminium a le gros avantage d’être recyclable !

L’emballe sandwich réutilisable, quant à lui, tire son épingle du jeu en permettant d’emballer les aliments autant de fois qu’on le souhaite tout en évitant de produire des déchets inutiles. Bien que le procédé soit très ancien, il revient au goût du jour, et c’est tant mieux pour l’environnement. Cependant, ce serait encore mieux si l’emballage réutilisable était en coton et en polyester recyclés !

Essayez le furoshiki !

Le Boc’n’Roll rappelle étrangement le furoshiki, une forme d’emballage japonaise qui existe depuis le 8ème siècle ! Utilisée pour porter en baluchon des vêtements, son utilisation s’est ensuite étendue et permet de transporter des objets du quotidien, des aliments et même des cadeaux !

furoshiki

Il suffit de poser l’objet au centre du tissu déplié, puis de plier et nouer le morceau de tissu carré, dont la taille varie selon ce que l’on emballe.

>>>Voir la vidéo test Boc’n’roll


Aluminium-le saviez- vous ?

  • Les emballages ménagers en aluminium représentent 45 000 tonnes par an.
  • L’aluminium est le 3e élément en abondance (8,23 %) de la croûte terrestre.

Lire également sur l’alimentation bio