Où en sont les nappes phréatiques après un printemps pluvieux ?

Où en sont les nappes phréatiques après un printemps pluvieux ?

Les températures estivales nous feraient presque oublier qu’il y a quelques jours à peine, c’était grisaille et parapluie obligatoire pour une large moitié nord. Où en sont les nappes phréatiques après ce printemps et ce début d’été exécrables ?

Les réservoirs d’eau à un niveau normal

Le BGRM Bureau de recherches géologiques et minières publie régulièrement la situation des nappes phréatiques en France. Au 1er juillet, la moitié des réservoirs (48 %) affichaient un niveau normal à supérieur et notamment pour un grand quart Sud-Est.

Cette situation si elle ne surprend pas après la pluviométrie connue il y a quelques semaines n’était pas du tout le scenario envisagé cet hiver. Fin 2011 début 2012, les nappes se révélaient très déficitaires. Cette sécheresse hivernale faisait suite à un automne 2011 déjà très sec sur la quasi totalité du territoire, à l’exception des régions méditerranéennes qui avaient recueilli une quantité d’eau proche ou supérieure à la normale. Les précipitations des mois de mai à juin ont participé fortement à la recharge des nappes.

  • Fin juin, le niveau était en hausse pour 17 % des nappes phréatiques, en baisse relative pour 53 % d’entre elles et stable pour les 29 % restant.

Des disparités régionales

La situation actuelle diffère d’une région à l’autre. La carte ci-dessous présente les fluctuations moyennes des nappes au 1er juillet 2012.

L’évolution récente représentée par un triangle pointe en haut, un carré ou un triangle pointe en bas traduit la variation du niveau d’eau par rapport au mois précédent (stable, à la hausse ou à la baisse). Les couleurs indiquent le niveau des aquifères : en rouge une situation très inférieure à la normale, en jaune un niveau inférieur, en vert un niveau normal et en bleu un niveau supérieur à la normale.

La situation est ainsi qualifiée de “normale ou supérieure à la normale” pour tout le quart sud-est de la France, le sud-est du bassin parisien, l’est du pays et plusieurs secteurs du bassin aquitain.

*

Je réagis

Sur les nappes phréatiques :