Noix de lavage et environnement, la rançon du succès ?

Rédigé par Consoglobe, le 19 Jun 2009, à 11 h 45 min

Nous avons vu que l’importation lointaine des noix de lavage n’annule pas leurs avantages écologiques par rapport aux lessives classiques, bien plus néfastes pour l’environnement.

Mais le succès des noix de lavage ne représente-t-il  pas un  risque pour l’environnement au niveau local ?

D’où viennent les noix de lavage ?

Les noix de lavage que vous trouverez dans le commerce viennent principalement d’ Inde et du Népal :

  • Ce sont les fruits d’arbres à savon – le  Sapindus Mukorossi – qui poussent  à l’état sauvage, dans les terrains pauvres, les forêts, ou encore aux bords des routes.
  • Il s’agit d’un arbre non ligneux qui n’est donc pas exploité pour la production de bois et qui est même utilisé pour lutter contre la désertification dans certaines régions.
  • Ce type d’arbres a ainsi plusieurs usages en dehors de la production des noix de lavage dont la cueillette est pratiquée par les habitants des villages locaux.

Les noix de lavage : une récolte naturelle

Les noix de lavage sont en effet récoltées dans des petites plantations ou sur des cultures naturelles qui ne font pas l’objet d’exploitation massive ou industrielle. Ce sont le plus souvent les femmes et les enfants qui sont concernés par la cueillette des noix de lavage.

De fait, la culture des noix de lavage sur les arbres à savon n’est pas organisée comme certaines cultures (coton bio, huile d’olive, …) contrôlées avec des dispositifs de traçabilité.
noix de lavage
Comme pour d’autres plantations (karité, spiruline, gommier), il faudra sans doute un jour encadrer et surveiller l’extension de la culture des noix de lavage pour éviter des abus ou une dégradation des ressources forestières.

Un approvisionnement vérifié de nos noix de lavage

 

consoGlobe a donc bien pris soin de vérifier auprès de son fournisseur, Karawan, le mode de culture des noix de lavage présentes dans sa boutique écolo, qui proviennent de l’Etat de l’Himachal Pradesh, région montagneuse du nord de l’Inde, où leurs arbres sont largement répandus :

  • "Dans le cas de nos noix de lavage on est bien sur la collectivisation d’un produit qui pousse à l’état sauvage, et non sur une culture intensive. Certes l’engouement pour la noix de lavage a favorisé l’apparition de sociétés purement opportunistes qui font de la culture extensives. Il suffit de quelques minutes de recherche sur le net pour ces trouver. Rémi Dalant-Welcomme, Karawan

 

>> Retour aux Questions Réponses sur les noix de lavage >>

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



1 commentaire Donnez votre avis
  1. Attention, la spiruline n’est pas tant une culture en plantation qu’une culture en bassins. S’il est évidemment possible d’en placer sur des forêts ou terres fertiles, le plus raisonnable, même pour des producteurs dénués de sensibilité écologique, est de les placer sur des terres marginales, disponibles à moindre coût et effort. Notre ferme au Laos (http://spirulinea.com) a par exemple été montée en bordure de forêt sur une parcelle de terre sablonneuse très pauvre en biodiversité. L’emprise en surface au sol est par ailleurs très faible par rapport à de l’agriculture conventionnelle, quel que soit le critère utilisé (biomasse fraîche au m2, protéines au m2…).

    Cela n’enlève en rien la pertinence des autres éléments de l’article. Une diversification des sources d’approvisionnement serait aussi favorable à la cueillette non-industrielle. Le potentiel de l’Inde à ce niveau est sans doute presque atteint. En Laos ou en Thaïlande, c’est encore une ressource sous-utilisée (“mak sak”, disponible chez Les Artisans Lao à Vientiane par exemple) et tristement méconnue des urbains…

    Par ailleurs, pour un modèle de réussite du commerce équitable bio en cueillette, l’expérience d’Agroforex est proprement hallucinante et malheureusement méconnue hors du Laos. C’est un gros organisateur de cueillette de noix vomique utilisée par l’industrie pharmaceutique entre autres produits de la forêt (“NTFP”) et sans doute un partenaire de rêve pour une opération sérieuse d’approvisionnement de noix de lavage au Laos. Opportunité à saisir pour les intéressés 😉

    Renaud de Spirulinéa

Moi aussi je donne mon avis