Marché noir : sale thon pour la France ?

Pris la main dans le sac, ou plutôt dans le filet ! C’est ce qu’a du
se dire le réseau mondial de journalistes d’enquête qui vient de
déceler un marché noir du thon pesant quelques milliards de dollars.
Les coupables ?  Le secteur de la pêche en collaboration avec les
gouvernements ! Mais de qui se fiche-thon ?

Thon rouge : un marché noir au rendement salé

Après sept mois d’investigation, des journalistes d’enquête ont
constaté que les pêcheurs débordent volontairement sur les quotas de
prises autorisés depuis plusieurs années pour nourrir un marché
lucratif dirigé par le Japon.

Selon l’enquête, 10 pays
sont impliqués dans cette magouille, incluant la France dont le
ministère de l’Agriculture et de la Pêche est vivement dénoncé pour
avoir falsifié les chiffres concernant les prises de thon effectuées.

thon rougeD’après
les calculs réalisés en comparant les prises réelles estimées et le
niveau des quotas, mais aussi à partir des cours du marché aux poissons
Tsukiji à Tokyo, le marché noir du thon rouge de l’Atlantique
occidental aurait atteint plus de 4 milliards de dollars entre 1998 et 2007.

Or, selon la Cicta (Commission internationale pour la conservation
des thonidés de l’Atlantique), les stocks de thon rouge de l’Atlantique
occidental ont chuté de 75 % pendant ces quarante dernières années.

Thon rouge, à quoi joue la France ?

Sous l’influence constante des ONG écolo, la France a avoué en 2007
que ses thoniers avaient pêché le double du quota de thon rouge
autorisé, et que des déclarations erronées de prises avaient été
communiquées à la Commission européenne.

thon rouge

Cependant, d’après les dires de Bruno Le Maire, Ministre de
l’Alimentation, de l’Agriculture et de la pêche, qui affirmait en
janvier dernier que «Protéger le thon, c’est vouloir du mal aux pêcheurs », la France respecterait de façon stricte les quotas, depuis sa sanction en 2008 par le remboursement de cette «explosion» de quantités pêchées.

Ainsi, le nombre de thoniers senneurs français autorisés à pêcher en Méditerranée serait officiellement passé de 36 à 17 en un an.

Une traçabilité qui laisse pourtant a désirer

Obligatoires depuis trois années, les documents de traçabilité des captures ne sont toujours pas sans faille. Fraudes et négligences remontent aujourd’hui à la surface, principalement grâce à ce réseau de journalistes d’enquête.

Ainsi, divers comportements sont montrés du doigt comme le fait que
les pêcheurs sont censés remettre leurs déclarations de capture dans
les 48 heures après le débarquement, mais le font une semaine ou deux
plus tard, rendant impossible le suivi du quota en temps réel…

thon rouge

Enfin, la France, qui s’était prononcée pour l’interdiction du
commerce international du thon rouge, ne semble pas partager l’avis de Maria Damanaki, la commissaire européenne à la Pêche, qui souhaite réduire le quota de pêche mondial de thon rouge en 2011, en passant de 13.500 tonnes actuellement à 6 000 tonnes.

Une prise de position qui ne risque pas de rendre les
intentions de la France plus claires, mais qui laissera probablement le thon dans le
rouge…

Thon rouge-Le saviez-vous ?

  • La prochaine réunion de le Cicta aura lieu entre le 17 et le 27 novembre 2010,

  • En 2007, la France disposait d’un quota de 5 593 tonnes, mais avait pêché près de 10 000 tonnes, selon la Commission européenne.
  • La France fait partie des Géants mondiaux de la pêche au thon rouge atlantique, avec l’Espagne et l’Italie.

Je réagis

Lire également sur l’environnement