Luminothérapie. Eviter la déprime hivernale

Luminothérapie. Eviter la déprime hivernale

La déprime hivernale, le fameux trouble affectif saisonnier, qui nous touche tous à plus ou moins grande échelle au fur et à mesure que baissent les jours, n’est pas une fatalité.

Il existe plusieurs moyens de la combattre, au premier chef, les séances de luminothérapie.

Les séances de luminothérapie contre la déprime

Que le mot séance ne vous effraie pas : la luminothérapie se pratique rarement en clinique ou en institut.

Non, la plupart du temps, c’est à la maison, au bureau, que vous pouvez vous adonner à des cures de lumière bienfaisante.

Comme la dépression saisonnière est causée par un manque de luminosité naturelle, il faut utiliser des lampes de luminothérapie pour vous exposer à une lumière qui a les mêmes qualités que celle du soleil.

Quand faire sa séance de luminothérapie ?

D’un point de vue pratique, il suffit de poser sa lampe de luminothérapie à 50 cm environ de votre visage, le matin.

Toutefois, quelques précautions sont de mise : une lampe de luminothérapie ne doit pas, de préférence, être utilisée le soir. Pour une meilleure efficacité, il vaut mieux utiliser votre lampe de luminothérapie au réveil ou pendant le petit déjeuner, voire toute la matinée.

De plus l’utilisation au coucher risque de perturber la qualité de votre sommeil. Le soir, la lampe induirait votre organisme en erreur, lui envoyant l’information qu’il fait jour !

La luminothérapie est-elle efficace contre la dépression  ?

Il n’y a pas de débat sur l’efficacité de la luminothérapie contre la dépression hivernale : les études sur la luminothérapie sont nombreuses et confirment que :

  • La luminothérapie est efficace chez environ deux patients sur trois ayant des symptômes de dépression saisonnière hivernale. Les symptômes de dépression disparaissent de 50 à 80 %.
  • S’exposer environ ½ heure à 2.500 lux ou plus a un effet similaire au Prozac = 70 % d’amélioration et 50 % de rémission.

Cette réduction est tout aussi bonne que celle obtenue par l’utilisation d’antidépresseurs, avec l’avantage de ne pas avoir d’effets secondaires néfastes et d’être bien moins cher.

Laissons la conclusion à Renée :

« Je ne sais pas si la luminothérapie marche sur mon cerveau mais ce que je peux dire c’est que oui c’est super efficace. J’ai passé l’hiver sans le gros coup de pompe de novembre : d’habitude, je fais une petite déprime à l’approche de noël. Cette année, c’est peut-être l’effet placebo, mais je me suis bourrée de lux tous les matins et voilà : en forme ! Bilan, il faut que je convainque mon mari d’acheter un simulateur d’aube maintenant … »

Voir aussi le dossier

luminothérapie