L’informatique, pro-environnement ? (2)

 

Suite du panorama Informatique et environnement

Pour diminuer son impact environnemental l’industrie informatique commence à vraiment bouger.

"Turn green to gold".

A priori, informatique ne rime pas avec écologie, alors cette industrie peut-elle devenir plus "verte" ?

  • Les déchets électroniques sont en croissance perpétuelle et représentaient 6 millions de tonnes en Europe en 2007.
  • Une étude du groupement “Green IT” indique qu’au cours de l’année 2007, 250 millions d’ordinateurs sont arrivés en fin de vie.

Des directives européennes sont transposées en droit français et obligent les industriels à s’adapter, notamment : la ROHS (Restriction of hazardous substances) et le recyclage des DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques, ou D3E).qui imposent le recyclage des produits. Les fabricants ont déjà compris que leurs produits doivent être récupérés car les matières premières ne sont pas éternelles et coûtent de plus en plus cher.

Le recyclage est de plus en plus utile d’un point de vue économique  : 1 tonne de cartes informatiques broyées peut être vendue jusqu’à 1 500 euros pour en retraiter l’argent, l’or et le palladium.

informatique verte

Que font les grands de l’informatique  ?

Prenons des exemples.

  • Apple, mal noté dans les classements environnementaux (Apple, bonnet d’âne ; Lenovo, 1er), affirme développer une politique de recyclage depuis 1994 cependant la firme à la Pomme n’ recyclé que13 % de ses produits vendus au cours des 7 dernières années. Ce taux ne devrait pas dépasser 30 % en 2010  ; un effort assez modeste somme toute. Greenpeace a accusé  l’iPhone d’utliser plusieurs substances dangereuses comme les phtalates ou encore les retardateurs de flammes bromés. Le rapport complet (PDF) de l’ONG explique que ces produits compliquent beaucoup le recyclage de l’iphone (Carton rouge pour l’iPhone d’Apple)
    iphone toxique
     

    iphone polluant

  • Bien noté, le fabriquant chinois de PC Lenovo a été la 1ère entreprise à mettre en place la reprise et le recyclage des déchets électroniques dans tous les pays où ses produits sont vendus.

De plus en plus de produits écolo pour le grand public

On peut s’intéresser aux innovations écolos mais elle sont souvent anecdotiques, pas sur le marché ou hors de portée. Pensez par exemple à  l’ordinateur écolo de Ryxeo, aux imprimantes à papier réutilisable comme l’imprimante de Toshiba, aux matériels utilisant des nouvelles batteries bio (la batterie au sucre de Sony). Vous pouvez également essayer de vous procurer l’EcoBook d’Asus dont la coque est  est faite en Bambou ou tout bêtement un des portables ou pc fixes portant le label de l’Union européenne Energy star.

label energy star

 

ordinateur écologique
chageur solaire

Ordinateur écolo de Ryxeo

sac en chanvrechargeur de batterie solaire

Sac à dos ordinateur portable en chanvre

Chargeur solaire de batterie de pc


Que faire pour une informatique personnelle moins polluante  ?

Recycler c’est bien mais il y a bien mieux : Il faut donner une 2ème vie aux ordinateurs en pensant au marché de l’occasion, à la réparation, au don,  à l’échange, etc.. Comme un pc devient obsolète au bout de 3 ans en moyenne, mieux vaut réparer ou améliorer sa machine ou encore la revendre  : cela économise 5 à 20 fois plus d’énergie que de la recycler.

récupérer donner

Le saviez – vous  ?

Des chercheurs* ont analysé les étapes de fabrication d’une unité centrale et d’un écran de 17 pouces.

  • Au cours de cette production, cet ordinateur de 24 kilos consomme 1,8 tonne de matériaux  ! 240 kilos d’énergie fossile, 22 kilos de produits chimiques et 1 500 litres d’eau. En comparaison, la production d’une voiture ou d’un réfrigérateur ne consomme « que » une à deux fois leur poids en ressources naturelles.
  • En novembre 2002, l’analyse des différentes étapes de fabrication d’une barrette mémoire de 32 Mbits pesant 2 grammes montrait que pour la produire, il fallait 1,7 kilo d’énergie fossile, 1 m3 d’azote, 72 grammes de produits chimiques et 32 litres d’eau.

* Ordinateurs et environnement d’Eric Williams et Ruediger Kuehr, chercheurs à l’université des Nations unies (UNU).

  Rédigé par Jean-Marie, juin 08