Impôts 2012 : ce qui change pour vous

Gel du barème de l’impôt, suppression du seuil d’imposition des plus-values mobilières, réduction des “niches fiscales”, suppression du dispositif Scellier… Les impôts en 2012 ne font pas de cadeaux.

Impôts 2012 : ce qui change pour vous

Qu’on se le dise : en 2012, les impôts vont augmenter ! Les lois de finances votées en 2011 et les deux plans de rigueur annoncés par le gouvernement vont avoir un impact lourd sur les impôts des particuliers cette année. Concrètement en matière d’impôts, qu’est-ce qui change pour vous en 2012 ?

Les impôts augmentent en 2012

Faisons un tour d’horizon des réformes concernant les impôts cette année.

Gel du barème de l’impôt

Photo : logisneuf.com

Chaque année, le barème progressif de l’impôt sur le revenu est revalorisé dans les mêmes proportions que l’inflation. Ce ne sera pas le cas cette année : le barème de l’impôt appliqué aux revenus perçus en 2010 va être reconduit en l’état pour les revenus 2011. Cela signifie que des foyers qui n’étaient pas imposables le deviendront. Ce gel équivaut à une hausse générale des impôts sur le revenu, ISF et succession de 2,1 % en 2012.

Notez que le barème fiscal 2012 comporte toujours 5 tranches d’imposition, à 0 %, 5,5 %, 14 %, 30 % et 41 %.

Le mariage devient inutile !

Du moins, pour les couples qui envisageaient jusqu’à maintenant le mariage pour des raisons fiscales uniquement. C’est la fin des déclarations multiples et en même temps, la fin des avantages fiscaux.

Moins d’avantages pour l’épargne financière

Les revenus générés par vos placements financiers (dividendes, revenus d’obligations, intérêts des livrets fiscalisés et des comptes à terme) étaient soumis l’année dernière à un prélèvement forfaitaire libératoire de 19 %. En 2012, ce taux passera à 21 % pour les dividendes et à 24 % pour les intérêts.
Ce ne sera pas le cas pour les plus-values boursières et immobilières dont le taux d’imposition restera à 19 %. A ces impôts s’ajoutent les prélèvements sociaux comme la CSG et la CRDS à hauteur de 13,5 %.

Moins d’avantages pour l’immobilier

Voire, plus d’avantage du tout !
Depuis 2007, les souscripteurs d’un crédit immobilier dans le cadre de l’acquisition ou de la construction de leur résidence principale bénéficiaient d’un crédit d’impôt égal à 40 % des intérêts de prêts versés la première année et à 20 % de ceux versés les quatre années suivantes. Ce crédit d’impôt pour intérêts d’emprunt est supprimé depuis le 1er janvier 2011.

Modification du dispositif Scellier

Il permettait en 2011 une réduction d’impôt sur le revenu de 22 % de l’investissement locatif. Cette année, la réduction n’est que de 13 %.

Une taxe pour les propriétaires de chambres de bonne

Les propriétaires de chambres de bonne d’une surface de moins de 14 m² seront taxés s’ils la louent à plus de 30 à 45 € du m² par mois.

*

La suite p.2> modification du PTZ+