Onagre : la fleur qui prend soin des femmes

Appelée aussi “primevère du soir” à cause de ses belles fleurs jaunes qui ne s’ouvrent que quelques heures à la tombée de la nuit, l’onagre est la grande amie de la femme.

Onagre : la fleur qui prend soin des femmes

Cette jolie sauvage pousse au bord des chemins, le long des sentiers, sur les sols en friche ou spontanément, dans les jardins. On lui donne aussi le nom de « belle du soir », mais avec elle, la star, c’est vous.

Originaire d’Amérique du Nord, où elle était déjà fort appréciée par les Indiens d’Amérique, elle est connue en Europe depuis le 17e siècle. Les propriétés calmantes et astringentes de ses fleurs et de ses feuilles permettaient de préparer aussi bien des tisanes contre la toux que des cataplasmes pour soulager des maux aussi divers que furoncles ou rhumatismes.

Aujourd’hui, c’est surtout l’huile d’onagre, extraite de ses graines par pression à froid, qui nous intéresse. Depuis les années 1960, de nombreuses études ont mis en évidence son influence sur l’équilibre féminin autant que sur la beauté de la peau.

La particularité de l’huile d’onagre

L’huile d’onagre offre un cocktail d’acides gras essentiels et de vitamines particulièrement efficace pour prévenir et atténuer tout un cortège de troubles et de désagréments typiquement féminins.

L’onagre a en effet une teneur élevée en acide linoléique (72 %) et en acide gamma-linolénique (10 %), deux acides gras essentiels qui agissent de manière très complémentaire. Le premier subit dans le corps une transformation en chaîne qui donne naissance à des substances impliquées dans le cycle féminin. Le second, lui, assure le rôle de catalyseur nécessaire à cette transformation.

Grâce à ces acides gras essentiels, tout le métabolisme est stimulé et favorise ainsi un cycle féminin harmonieux.

Avec l’onagre : chic, enfin un cycle harmonieux

Si l’huile d’onagre est l’amie n° 1 de la femme, c’est qu’elle n’a pas son pareil pour prévenir et atténuer tous les troubles liés au cycle féminin, du syndrome prémenstruel à la ménopause.

Plusieurs études ont démontré que l’huile d’onagre, à plus forte raison lorsqu’elle est prise pendant la deuxième moitié du cycle, diminue nettement le syndrome prémenstruel en agissant sur ses diverses manifestations : sautes d’humeur, nervosité ou déprime, mais aussi tensions dans les seins, rétention d’eau, ballonnements ou maux de tête.

Si vous souffrez de troubles directement liés à vos « lunes », et plus particulièrement du redoutable syndrome prémenstruel, prenez de l’huile d’onagre 10 jours par mois, pendant la seconde moitié du cycle, par exemple en gélules, sous forme de complément alimentaire.

Elle s’avère aussi très efficace, à raison de 15 jours par mois, pour atténuer les inconvénients de la pré-ménopause.

Ménopause, soins de beauté : faites de l’onagre une alliée quotidienne

Son intérêt ? Vous faire oublier bouffées de chaleur, douleurs abdominales, irritabilité, et retrouver, et surtout garder pendant tout le mois, votre équilibre et votre bonne humeur.

Ce n’est pas tout : non seulement ses bienfaits se ressentent, mais ils se voient.

Les contributions de l’huile d’onagre à votre beauté

Riche en acides gras essentiels, mais aussi en vitamines E et F, l’huile d’onagre est extrêmement bénéfique pour la peau.

  • Elle protège et entretient la santé et la souplesse de tous les types de peaux, avec un soin tout particulier pour les plus délicates.
  • Elle atténue les rides et les imperfections, favorise lorsque c’est nécessaire la cicatrisation, et retarde les outrages du temps.

Autant de bonnes raisons qui la font entrer tout naturellement dans la composition de différents produits de soin, crèmes, masques pour les peaux les plus exigeantes.

Rides, irritations, imperfection ou tout simplement peau affamée ? Appliquez délicatement quelques gouttes d’huile d’onagre jusqu’à amélioration.

Pensez aussi à elle lorsque vous vous préparez des produits de beauté « maison ».

On vous l’avait dit… avec elle, la star, c’est vous !