Home, une beauté (trop) écrasante

A la veille de la sortie de « Home », le documentaire de Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson sur l’état de la planète, consoGlobe a vu pour vous le film du photographe et militant écologiste.

Comme le dit YA Bertrand lui-même "mon film ne parle que de cela : vivre autrement pour vivre mieux", un slogan que consoGlobe ne pouvait qu’apprécier :)

Home fait un constat noir du réchauffement de la planète

 Le film de Yann Arthus-Bertrand dresse un constat très noir de l’état de l’environnement et visualise le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources, les émissions de C02 et gaz à effet de serre. Les atteintes à la biodiversité et l’extinction des espèces sont abondamment montrées, tout comme la fin des énergies fossiles, les limites de l’agriculture productiviste, la pression démographique parfois insupportable, ….

Bref , en 200 000 ans, l’homme a rompu un équilibre vieux de 4 milliards d’années. Pourtant, le message est clair : il n’est pas trop tard pour arrêter l’absurde surexploitation des richesses de la planète.
rechauffement climatique

Des images d’une beauté impressionnante

Les images spectaculaires vues du ciel ont fait le succès de YA Bertrand qui réutilise dans Home son savoir faire en matière de prises de vue aériennes à couper le souffle. Que la planète est belle filmée ainsi !
la nature change

Presque trop belle car, porté par une musique prenante, on a du mal à se concentrer sur 2 heures d’informations didactiques qui se noient dans la force imposante du spectacle. Ecrasé par la majesté de la planète, on a du mal à intégrer les propos et à adhérer au coté pédagogique du film.


"Home" hésite entre grand spectacle et documentaire didactique

Indéniablement, le message porte et le film impressionne dans un genre plus majestueux que le film d’Al Gore. Pourtant ce film d’un genre hybride ne peut être qualifié de totalement réussi car on est un peu frustré de sa double ambition. Elle oscille entre convaincre par la puissance émotive des sentiments véhiculés par la vision des atteintes portées à la planète et l’accumulation pédagogique d’informations dont on ne retient que peu finalement, le cerveau trop pris par le sens de la vue.

"Home" une tribune grand public qui alerte mais donne peu de pistes

Face au constat des atteintes graves portées à l’environnement et au catalogue des risques, il est difficile de rester dubitatif et de ne pas s’inquiéter. « Home », pourtant, s’il invite les hommes à changer leurs modes de consommation, donne très peu de solution à un problème que l’on comprend global. Les commentaires parfois pontifiants sont un peu agaçants car trop convenus. Certains écologistes en tout cas taxent le film et son auteur d’être pro-nucléaires et se servent de sa sortie pour ranimer la polémique vieillissante du nucléaire comme solution d’avenir (ce thème n’est pourtant pas abordé par le film).

Au final, on se demande si les spectateurs sortiront du film avec un désir réel d’amender quelque chose à leur vie ou à leur consommation pour des risques déjà visibles mais qui vont affecter des générations futures ?

Entre beauté, émotions, pédagogie et manque de concret, Home reste pourtant un spectacle d’une rare puissance qui fait aimer notre Terre.