High Tech verte. Le 10ème baromètre de Greenpeace

Dans son 10è baromètre de l’électronique verte, qui paraît tous les 2 à 3 mois, Greenpeace nous fait encore découvrir les entreprises les plus soucieuses de l’environnement, mais aussi, et surtout, les "mauvais élèves".

Developpement durable article
Dans ce "guide pour une électronique plus verte", 18 constructeurs (téléphones mobiles, ordinateurs, télévisions, consoles de jeu) ont ainsi été passés au crible par l’ONG et classés selon des critères environnementaux liés aux substances chimiques, ou encore à la gestion et au recyclage des déchets électroniques.

De plus, pour cette nouvelle édition, 5 nouveaux critères énergétiques et ciblés sur la réduction des gaz à effet de serre ont été pris en compte  :

  • la politique de soutien à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur le plan mondial (30 % avant 2020),
  • la divulgation des émissions de GES propres à  l’entreprise et de celles de deux étapes de la chaîne d’approvisionnement,
  • l’engagement de l’entreprise à réduire ses émissions de GES avec des lignes directrices concrètes,
  • la quantité d’énergie renouvelable utilisée,
  • le rendement énergétique des nouveaux modèles (critère qui compte double dans la notation)

Et on constate quelques changements par rapport au précédent classement : si Nokia (6.9 /10) est toujours en tête des constructeurs les plus verts, le célèbre constructeur devance désormais Sony-Ericson, Toshiba et Samsung, tous les trois obtenant une note de 5.9, montrant ainsi leur progrès.

Par contre les gros constructeurs comme Dell, HP, Apple et Acer régressent dans la hiérarchie, n’obtenant même pas la moyenne.

D’ailleurs, si la moyenne globale des notes s’élève désormais à 4,79/10, contre 3,95/10 au mois de juin dernier, cette progression ne peut effacer les insuffisances encore très marquées chez la plupart des constructeurs au niveau de leurs politiques et pratiques environnementales.

Par exemple, seuls HP et Philips se sont engagés à réduire de manière substantielle leurs émissions de GES. Les autres entreprises évaluées s’en tiennent à de vagues déclarations ou dénuées de sens, sans véritable plan d’action pour réduire leurs émissions.

Quant à Microsoft (2.9) et Nintendo (0.8), ils obtiennent les deux plus grands bonnets d’âne,  le second cité étant abonné à la dernière place depuis sa première apparition dans le classement en 2007 avec des zéros pointés pour la plupart des critères…

  • Pour consulter le guide pour une électronique plus vert – version 10 : cliquer ici (en Anglais)
  • Pour voir le classement détailler : cliquer ici

A Lire également :

A découvrir  : notre sélection de produits High Tech écolo et économiques