Quand le froid sourit aux fruits

Pendant que la France est accablée par une vague de froid particulièrement redoutable ces derniers jours, les producteurs de fruits ne s’inquiètent pas.

Si le gel est nuisible au printemps pour les bourgeons qui viennent juste de montrer le bout de leur nez, il fait partie, au coeur de l’hiver, du cycle naturel de l’arbre, en repos végétatif à cette période.

En effet, l
e froid de ces derniers jours, qui fait grelotter tant les Français, ne menace pas en revanche les arbres fruitiers. Les producteurs de pommes, de cerises, de poires, d’abricots ou de pêches rappellent que les températures négatives accompagnées de givre confortent les arbres dans leur repos végétatif hivernal.

Comment se comportent les espèces fruitières lorsque les températures baissent ?

 Les pétales de fleurs tombent en dessous de :Les boutons roses ou blancs supportent jusqu’à :Les boutons éclatés supportent jusqu’à :
Abricotier
Amandier
Cerisier
Pêcher
Poirier
Pommier
Prunier
Vigne
-0,5°C
-1°C
-2°C
-1,5°C
-1,5°C
-1,5°C
-1,5°C
-1,5°C
-3,2°C
-3°C
-3°C
-3°C
-2°C
-2°C
-2°C
-2,5°C
-4°C
-4°C
-4°C
-4°C
-5°C
-4°C
-4°C
-3°C

L’arbre adopte en hiver une stratégie de replis. Il vit au ralenti en consommant le minimum de ses réserves d’amidon pour maintenir ses fonctions vitales.

Mais à des degrés divers, toutes nos espèces fruitières sont tributaires de son action pour nous donner feuilles et fruits de qualité.

Pour que le développement de la fructification se fasse correctement, le froid est essentiel aux arbres. Toutefois, les producteurs redoutent un retour du gel au printemps, quand les bourgeons sont déjà développés.

  • Il est donc inutile dans l’immédiat de couvrir ses arbres fruitiers avec des voiles spéciaux.

Par ailleurs, de nombreuses essences d’arbres résistent incroyablement au froid. En voici quelques-unes parmi les plus résistantes :

  • Pin sylvestre (- 40 °C).
  • Mûrier blanc (- 25 à – 30 °C).

D’autre part, notons que les effets du réchauffement climatique sur les arbres fruitiers s’avèrent déjà bel et bien perceptibles sur le terrain depuis quelques années et commencent à susciter certaines interrogations.

Et les plantes ?

Toutes les plantes ne sont évidemment pas égales devant les rigueurs du climat… Certaines d’entre elles les supportent mieux car elles ont développé des moyens pour en repousser les effets.

Mais toutes essaient de protéger le méristème, un tissu végétal situé au coeur des bourgeons qui assure la croissance des végétaux, donc leur survie.

Par la grande quantité d’air qu’elle contient, la neige agit comme une couche isolante. De plus, les liquides cellulaires des végétaux, chargés en sels minéraux, ont un point de congélation inférieur à 0°C.

Ce qui explique que, par très grands froids, la neige (sa température étant de 0°C) protège les plantes situées dans ou sous la couche.

Notons que nombre de plantes en pots résistent bien à quelques degrés en-dessous de zéro, moyennant que vous ne les arrosiez qu’avec parcimonie, qu’elles soient bien protégées et placées dans un coin abrité du balcon, par exemple.

Lire également

Article rédigé par Elwina, janvier 2009