France. De plus en plus de zones artificialisées

>>>Suite de l’article sur l’état de l’environnement en France. La construction des maisons individuelles est l’un des principaux moteurs de l’artificialisation des milieux agricoles et forestiers, tout comme l’extension des routes ou encore de l’habitat collectif. Un constat regrettable pour l’environnement

L’artificialisation menace la biodiversité

Deuxième indicateur clé de l’environnement : les zones "artificialisées" qui atteignent 9,4 % du territoire en 2008, soit 5,1 millions d’hectares, ce qui représente environ 800 m2 par habitant. 16 % de ces surfaces correspondent à des sols bâtis (maisons, immeubles…), 44 % à des sols revêtus ou stabilisés (routes, parkings…) et 40 % à d’autres espaces artificialisés (jardins, chantiers…).

Les espaces artificialisés s’accroissent d’environ 60 000 ha par an depuis 1993, aux dépens principalement des terres agricoles, mais aussi des milieux semi-naturels.
graphique territoire

L’artificialisation détruit incontestablement les habitats naturels. A terme, elle réduit également la production agricole en la privant de certaines de ses meilleures terres. Ces grandes perturbations influent significativement sur l’avenir des espèces animales et végétales.

>>>De 1992 à 2004, l’habitat individuel occupait la moitié des espaces soustraits à l’agriculture ainsi que la forêt pour consommer un total de 2 millions d’hectares en 2004.

Territoire-Le saviez-vous ?

  • En 2006, le territoire métropolitain était couvert à 60 % de terres agricoles, 34 % de forêts et d’espaces semi-naturels, 5 % d’espaces artificialisés, 0,7 % de zones humides et 0,3 % de surfaces en eau.
  • L’île-de-France, le Nord, l’Alsace, le couloir rhodanien et le littoral accueillent les territoires les plus artificialisés.

>>>Lire la suite

Lire également sur l’environnement