La France gourmande en bois illégal

La France importe énormément de bois tropical dont une proportion croissante est d’origine illégale. Une étude du WWF britannique de 2005* montre que 39 % des importations françaises de bois tropical étaient issues d’une exploitation illégale des forêts !



La France s’alimente fortement dans des pays connus pour leurs fortes exportations de bois illégal , comme le Brésil où elle atteindrait 47 % du bois exploité. Au Cameroun ce taux atteint 50 %, en Indonésie 73 %,.

Le WWF a mené une campagne d’information en 2006 pour sensibiliser les distributeurs et le public aux essences d’arbres menacées mais les pratiques n’ont pas beaucoup évolué. Responsables, les pratiques de grand import de la distribution ou de la VPC, trop peu regardantes à l’origine de leurs achats.



Pillage et gaspillage en Amazonie
En Amazonie, le pillage de la forêt s’étend. Avec un énorme gaspillage puisque 58 % du bois coupé illégalement seraient perdus et n’arriveraient pas sur le marché pour être exploités par l’industrie et vendus. Ces pertes finissent en poussière, en sciure, en déchets, en chutes inutilisable.

De plus, les arbres qui sont coupés le sont à la va vite, faute de temps ou parfois faute de formation suffisante des bûcherons qui ne coupent pas les arbres correctement. Ils laissent des souches trop larges ou éraflent les troncs ce qui interdit toute exploitation ultérieure. Dans le périmètre d’un seul arbre abattu, il y a 27 arbres de plus de 10 centimètres qui sont endommagés. En moyenne, 2 m3 de bois sont abîmés pour 1 m3 réellement exploité.

* « Failing the forest, Europe’s illegal timber trade »