Les Français et le tourisme responsable

Les Français découvrent le tourisme responsable

 L’éco-tourisme, aussi appelé tourisme équitable ou éthique, est de plus en plus en vue. Voyages-sncf.com et du Guide du Routard ont mené une étude qui démontre que :

  • De plus en plus de touristes Français sont attirés par la notion de tourisme responsable.
  • Près de 60 % d’entre eux affirment ainsi connaître ce type de voyage et de vacances, contre 27 % en 2007,
  • 87 % se disent intéressés, principalement pour des raisons de respect de l’environnement et de développement local.
  • Le concept de tourisme responsable est mieux comprise, cependant 78 % des voyageurs pensent être mal informés.
  • Perçu par 44 % des sondés comme une forme de voyage au confort spartiate, le tourisme l’éco-tourisme reste encore marginal malgré une fréquentation en hausse (7 % des voyageurs l’ont pratiqué en 2008 contre 2 % en 2007).
  •  Enfin, 65 % des voyageurs français se déclarent, comme en 2007, prêts à compenser leurs émissions de CO2

Ecotourisme

L’éco-tourisme ou tourisme équitable, aussi appelé tourisme vert ou solidaire, voire même plus récemment, « tourisme lent », s’appuie sur ce que nous, les Occidentaux, avons de meilleur.

Derrière une inutile multiplication des appellations se trouve une volonté de découverte du monde, de générosité, des valeurs de respect et d’écoute. C’est un tourisme qui se soucie de son impact, et ne se lave pas les mains des conséquences du passage du touriste. L’écotourisme est l’avenir du voyage car il préserve les patrimoines et favorise le dialogue entre les populations du Nord et celles des pays visités. Pourtant, ce tourisme attentif aux autres et à l’environnement n’est sans contradiction.

Les valeurs phares défendues par le tourisme responsable sont  : la préservation de l’environnement, la création d’emplois touristiques valorisants, la découverte des cultures et des savoir faire locaux, le dialogue entre les peuples, le dialogue entre les générations…. Pour beaucoup, le tourisme équitable est tout simplement un retour aux vraies racines du Voyage, bien loin du tourisme de masse, quasi industriel.

Pourtant, l’écotourisme n’échappe pas aux dangers de la massification, de l’exhibitionnisme ou de l’exploitation par de riches touristes de richesses fragiles.La déclaration finale du Sommet Mondial de l’écotourisme de 2002 a proposé une définition  :

 « L’écotourisme rassemble toutes les formes de tourisme axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du touriste est d’observer et d’apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles. Il inclut les communautés locales et indigènes dans sa planification, son développement et son exploitation et contribue à leur bien-être. »

petit futé

 


Qu’est-ce que le tourisme indigène  ?

C’est une forme de tourisme qui est pensée, conçue, géré, pris en charge par les communautés locales, indigènes. Le tourisme indigène cherche à défendre les mêmes valeurs que le tourisme solaire ou l’éco-tourisme