Fournisseurs d’énergie : on a peur, pourquoi ?

Rédigé par Consoglobe, le 31 jan 2008, à 18 h 35 min

Depuis le 1er juillet 2007, les marchés de l’énergie sont ouverts à la concurrence. La liberté de choisir est maintenant garantie et le débat sur la possibilité de se raviser après avoir quitté EDF est clôt : c’est maintenant possible. Et pourtant, 97 % des Français déclarent ne pas avoir l’intention de changer de fournisseur. Pourquoi ?

Les français frileux au changement

A ce jour alors que consoGlobe commence à proposer à ses membres des abonnements au fournisseur d’électricité verte Planète UI et à commercialiser en exclusivité les certificats électricité verte de Watt Value, on dirait que la libéralisation du marché de l’énergie est un échec.

7 % des Français ne souhaitent pas changer de fournisseur de gaz ou d’électricité. Depuis le premier baromètre FNCCR-IFOP (juin 2004), les adeptes du changement de fournisseur sont de moins en moins nombreux. Ils étaient 33 % à être tentés par la concurrence en juin 2004 et encore 24 % en 2006.

Les entrepreneurs et les élus sont tout aussi frileux : 99 % des maires ne veulent pas changer de fournisseur malgré les avantages qu :’ils pourraient en retirer pour eux ou leurs administrés : 3 % des chefs d’entreprise sont tentés par la concurrence… pas plus. Ce qui a réussi au marché du téléphone ne fonctionnerait donc pas à celui du gaz et de l’électricité ? 

La garantie de réversibilité totale signifie tout si simplement que tout client déçu par son nouveau fournisseur pourra demander à bénéficier d’un droit de retour aux tarifs réglementés au bout de six mois. Cette réversibilité n’est valable que pour l’électricité et pour les clients domestiques.

Pour le gaz, le changement est important également ; en cas d’emménagement, le nouvel occupant d’un logement peut revenir aux tarifs réglementés abandonnés par le précédent occupant. On n’est pas obligé d’assumer le choix d’un autre.

>>>Concrètement, ce droit est garanti jusqu’au 1er juillet 2010. Pour les logements neufs, on a le choix entre tarifs réglementés et prix de marché pour l’électricité et pour le gaz.

Ces mesures qu’on peut considérer comme des garanties de liberté et un droit de se tromper puis revenir en arrière et étaient considérées par les professionnels comme indispensables pour faire décoller le marché, ainsi que nous expliquait Nicolas Milko, pdg de Planète UI fournisseur d’énergie renouvelable.
 

  •  Si vous voulez faire un geste pour favoriser l’électricité verte sans changer de fournisseur, il reste une solution : acheter un certificat électrique . consoGlobe et son partenaire watt value reviendront bientôt sur l’ouverture très prochaine et en exclusivité de la boutique de certificats électriques.
  • Les tarifs régulés sont fixés par les Pouvoirs publics, et donc par l’Etat. Pour l’électricité le prix doit évoluer dans une fourchette égale ou inférieure à l’inflation.

Les prix de marché, eux, sont fixés par les fournisseurs en fonction de la concurrence, de l’offre et de la demande. Ils peuvent augmenter sans plafond légal et cela ne dépend que de l’intensité de la concurrence et de la politique tarifaire des fournisseurs.

Lire également

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



7 commentaires Donnez votre avis
  1. Attention, les conditions ont change, la reversibilite n’est plus valable en France. Voir l’article http://fournisseurs-electricite.com/la-reversibilite . Apparemment, il fallait quitter EDF avant le 1er janvier 2010 pour revenir avant le 1 juillet 2010.
    Ca fait d’autant plus peur!

  2. Du soleil dans votre ampoule basse consommation !
    C’est juillet, mais Il n’y a pas que les vacanciers qui aiment le soleil. Il y a aussi ceux qui, dans une démarche d’économie, d’écologie ou de gestion responsable de leur patrimoine, se disent qu’il serait bien dommage de ne pas profiter pleinement de l’inépuisable ressource énergétique naturelle et gratuite qu’est le soleil !
    Effectivement, qui n’a pas rêvé de profiter de l’énergie solaire pour se chauffer, produire sa propre électricité voire gagner de l’argent en revendant le surplus non consommé ou la totalité d’électricité ainsi produite à EDF ?

    Prise de conscience active
    Grenelle de l’Environnement, Protocole de Kyoto, protection de la planète et flambée du baril de pétrole nous démontrent, s’il fallait encore le prouver, qu’il faut nous tourner indéniablement vers les énergies renouvelables. Les gouvernements en sont conscients et mettent aujourd’hui à la disposition du particulier tout un arsenal d’aides fiscales soutenues afin de l’inciter à s’orienter vers une énergie verte.

    Des particuliers qui s’engagent
    Si cette volonté de changement semble accompagnée, il n’en reste pas moins que choisir de produire sa propre électricité à partir du soleil doit se faire dans des conditions d’installation très précise et qu’arriver à en vendre le surplus ou la totalité nécessite encore malheureusement des démarches administratives souvent longues et complexes.
    C’est pour aider le particulier à mieux comprendre les enjeux et l’environnement mondial de ce marché mais aussi et de manière plus concrète, comment doit-il procéder pour intégrer le solaire photovoltaïque chez lui, que l’équipe d’Économie d’Énergie s’est penchée sur la question.

    Dans un dossier complet mis à votre disposition vous trouverez toutes les informations concernant, entre autre :
    • les investissements nécessaires,
    • les matériaux les plus performants à prendre en considération,
    • les aides, crédit d’impôt et prêts qui sont associées à cette mise en œuvre,
    • quel sera le prix de rachat de votre électricité produite et sous quelles conditions le rachat se fait,
    Pour tout savoir du solaire photovoltaïque grâce à une démarche claire, objective et appuyée par des exemples très concrets de mise en application.

    Bonne lecture.

  3. Le mal n’était pas le monopole, il était régulé par le service public, c’est à dire NOUS (enfin presque).
    EDF n’a jamais été déficitaire et il n’a pas profité de son monopole pour nous soutirer trop de sous.

    En revanche, EDF a profité de son monopole et de sa proximité avec l’état-régalien (lui meme proche des lobbies industriels) pour nous caser du nucléaire sans aucun vote (meme pas parlementaire).

    Aspect négatif, certes mais dont nous profitons pleinement face au pétrole qui a triplé et avec un minimum de CO2…mais voila il y a les déchets nucléaires….
    Et on veut vendre cette techno à des pays moins regardant sur la finalité (Chine (les déchets au Tibet), Lybie (10 ans de politesses, 10 ans de terrorisme), Algérie (oligarche militaire ou extremistes religieux qui va gagner??)….

    Je n’ai pas d’avis définitif mais je sais que casser le service public d’EDF était la dernière chose à faire. Seulement voila, OMC + Europe = pression depuis 10 ans pour imposer une “idée reçue” d’il y a 10 ans et qui déja à l’époque était obsolète au regard de l’avenir de la planète.
    Mais l’idéologie dominante depuis 10-20 ans c’est le libéralisme (=le marché se régule tout seul) et le Titanic-TERRE continue sur cette lancée vers le réchaufement meme si à la passerelle, les vigies hurlent que l’iceberg est devant nous..

    David

  4. entierement d accord
    En fait on supprime des monopoles d’etat pour en faire des monopoles privés;Avant la privatisation de France Telecom, du temps des PTT, l’etat ponctionnait dans les benefices pour aider au renflouement d’entreprises, notre quittance etait utilisé pour la collectivité, maintenant elle ne sert qu à augmenter le capital d actionnaire;
    De plus ces entreprises privées n etant pas philantropiques, seul le profit et la satisfaction des actionnaires compte;
    Personnelement je ne trouve pas que le tel ait réellement baissé, c’est une grosse nébuleuse, d’ailleur y a t’il beaucoup d’entreprises privées qui hébergent dans leur murs leur concurents directs??chez Orange il semblerait que oui ;Alors…

  5. conso énergie

  6. Il y a un aspect que personne ne pense à traiter, c’est que le monopole de la production d’energie et sa régulation par EDF ETAIT un facteur d’économie d’échelle, de lissage des couts et de coordination des productions issues de p)lusieurs canaux (hydro, nucléaire, eolien…).
    Or EDF nous appartenait déja, à NOUS public/état et donc travaillait pour nous.
    1 – EDF a été revendu à ceux qui la possédait déja
    2 – de nouveaux intermédiaires créent maintenant une confusion et des prises de plus-value dans un contexte où l’énergie va devenir de toute façon plus chère et où il aurait fallu, au contraire, regrouper nos forces.
    Les hippies avaient raison, et j’ai peur que dans un élan de pensée unique nous fassions les memes c….. que dans les conservateurs des années 70.
    David

Moi aussi je donne mon avis