Les cosmétiques : sains ou toxiques ?

Beaucoup de cosmétiques contiennent des composants chimiques qui soulèvent des questions voire des polémiques. Colorants, conservateurs, solvants tels que le triclosan, les sels d’aluminium, les parabens sont même parfois accusés d’être cancérigènes ! Alors faut-il s’en méfier ? Peut-on croire que l’industrie met sur le marché des substances dangereuses pour la santé ?

Quoi qu’il en soit, les marques et les produits naturels et bio sont de plus en plus nombreux sur le marché. Ils répondent à un besoin d’être rassurés des consommateurs : selon un sondage TNS-Sofres, 43 % des femmes sont enclines à choisir un produit cosmétique bio. C’est dire combien les packages et les labels verts ont de l’avenir.

cosmetique bioVous trouverez dans la boutique Beauté – santé des produits cosmétiques bio.

Attention, il ne faut pas les confondre avec les produits simplement appelés « naturels », notion très floue. Pour vous y retrouver, choisissez des produits avec un label évident, comme Cosmébio.

Lisez l’article “Cosmétiques bio : inoffensifs ?”. Vous pouvez aussi vous procurez l’ouvrage « Le guide des cosmétiques bio » que nous recommandons car il fait l’inventaire de 3000 produits cosmétiques bio proposés par 40 marques allemandes et françaises qui ont été testés par 4000 clientes.

Le site Le flacon est très utile pour connaître la composition des produits cosmétiques.

Les composants toxiques à connaître

  • Les parabens  : réputés pour leur pouvoir allergisant, certains de ces conservateurs sont soupçonnés d’être cancérogènes et dangereux pour le développement du foetus.
  • Les éthers de glycol : on sait depuis les années 80 qu’ils attaquent les cellules du sang, les gènes, la fertilité et sont même cancérigènes.
  • Les phtalates  : ces agents fixateurs ou vecteurs dans les produits cosmétiques sont classés toxiques pour la reproduction (le DEHP et le DBP sont les plus dangereux). Le DEHP provoque des troubles du développement des testicules et perturbe les hormones du foie. Le DEP, réputé pour présenter de très faibles risques, n’en possède pas moins des propriétés assez identiques du fait de molécules de la même famille (atteintes à l’ADN du sperme). Il est fréquemment utilisé comme dénaturant de l’alcool contenu dans les parfums (pour le distinguer de l’alcool alimentaire, d’un point de vue fiscal).
  • Les composés de muscs artificiels contribuent à la fragrance des parfums. Les muscs nitrés sont de moins en moins produits à cause de toxicité pour l’environnement et la santé. Les muscs polycycliques, controversés quant à leurs impacts, sont fortement déconseillés par les experts.
  • Les alkylphénols et éthoxylates d’alkylphénol sont incorporés comme agents émulsifiants dans les cosmétiques. Le plus controversé est le nonylphénol à l’activité hormonale (oestrogène) avérée :pouvant dégrader la qualité du sperme et provoquer des atteintes à l’ADN.
  •  

    Les produits dangereux parfois présents dans les articles cosmétiques ou de parfumerie

  • Dibenzodioxines Polychlorées (PCDD)
  • Dibenzofuranes Polychlorés (PCDF)
  • Biphénylés Polychlorés (PCB)
  • Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)
  • Pentachlorophénol (PCP)
  • Parafines chlorées à chaîne courte (SCCP)
  • Isomères de l’Hexachlorocyclohexane (HCH)
  • Mercure et composés organiques mercuriels
  • Cadmium
  • Plomb et composés organiques du plomb
  • Composés organoétains
  • Nonylphénol / Ethoxylates de nonylphénol (NP/NPE) et substances assimilées
  • Musk xylène
  • Retardateurs de flamme au brome
  • Les phtalates – Dibutylphtalate (DBP) et Diethylhexylphtalate (DEHP)
  • Les autres muscs synthétiques nitrés et les muscs polycycliques
  • Les autres phtalates
  • Les autres éthoxylates d’alkylphénol
  • Le bisphénol A
  • Le PVC
  • *

    Sur les cosmétiques :