La filière bio n’arrive pas à suivre

La croissance du marché des produits bio attire non seulement les petits producteurs via les Amap ou via la distribution traditionnelle, mais également de plus en plus de grands groupes.

Les grandes sociétés investissent le bio

Pour répondre à l’engouement des consommateurs, plusieurs grandes sociétés se positionnent sur le marché avec des investissements …durables.

Carrefour, face au constat que la moitié des produits bio sont importés en 2007 et 2008, a décidé d’accroître son approvisionnement en France. Pour cela, le groupe a passé un accord avec des agriculteurs bretons pour doubler son offre de produits bio en 2 ans.

Le groupe Monoprix a racheté la chaîne de distribution Naturalia.

La marque Danone a lancé la gamme de yaourts bio « Les 2 vaches ».
Label cosmétiques

La production de produits bio a du mal à suivre la demande

La grande question qui se pose est : "le bio pourrait-il nourrir la planète ?"

En France, le rendement d’un hectare planté en blé bio était de 23 quintaux à l’hectare en 2007-08 contre 64,3 pour un hectare planté en blé traditionnel.

Pourtant dans certains pays du Sud, comme l’agriculture industrielle, dopée aux pesticides et aux engrais phytosanitaires, les sols s’épuisent et les rendements baissent. L’agriculture bio a donc souvent des rendements meilleurs que l’agriculture extensive.

L’agriculture bio a l’avantage de favoriser des pratiques innovantes et très pragmatiques qui évoquent parfois les approches anciennes, comme par exemple l’associations de cultures, la valorisation de certaines espèces, des haies, d’engrais naturels…

A lire également

  Les cosmétiques bio, un marché qui attire 

Estimé en 2007 à 4,75 milliards d’euros, le marché des cosmétiques naturels devrait dépasser 6,7 milliards d’euros en 2010 et représenter alors 10 % du marché mondial. Les marques bio historiques comme Weleda, Dr Hauschka, Logona
ou Lavera sont maintenant concurrencées par les géants des cosmétiques attirés par des taux de croissance bien plus grands que ceux de la cosmétique conventionnelle. Exemple, Clarins avec le rachat de Kibio, L’Oréal avec
Sanoflore et Body Shop, Yves Saint Laurent Beauté avec la création de la ligne Care par Stella McCartney…

Dans le domaine des cosmétiques, Yves Rocher a racheté la marque Kibio, que vous pouvez d’ailleurs trouver dans la boutique consoGlobe, et Ushuaïa lance également une gamme de produits de beauté certifiés Cosmébio.

Le saviez vous ?

D’après une étude européenne, les pommes de terre, les carottes et les kiwis bio sont plus riches en vitamine C. Les salades, choux et épinards bio ont des taux de minéraux plus élevés.

Ceux qui mangent de la viande bio encourent moins de risques de développer des résistances aux antibiotiques.
Pourquoi ?
Parce qu’en agriculture biologique, les antibiotiques ne sont prescrits aux animaux qu’en dernier recours quand les autres traitements, comme la phytothérapie, n’ont pas fonctionné.

A consulter sur le même sujet

 Manger Bio : bien plus qu’une mode, c’est le slogan santé de la génération bio qui allie gourmandise et exigence écologique.

Planetoscope  : les chiffres de la cosmétique évoluent sous vos yeux