Eté 2012 : bilan de la vague de chaleur

Eté 2012 : bilan de la vague de chaleur

Malgré un début d’été des plus calamiteux, une vague de chaleur a tout de même traversé la France cette année. Quel bilan peut-on dresser ?

Un été tardif, une vague de chaleur brève mais intense

Qui aurait pu imaginer une quelconque vague de chaleur déferler sur le pays fin juin lorsque l’été était censé commencer ? Avec beaucoup d’humidité dans le nord et des températures très fraîches sur l’ensemble du pays, on était bien loin de la canicule de 2003…

L’été aura attendu début août pour se décider à s’installer. Et une fois que les températures ont commencé à grimper, c’était pour ne plus s’arrêter ! Entre le 15 et le 21 août, la vague de chaleur s’étendait à tout le pays, à l’exception de la Bretagne, de la Manche et des frontières Nord.

L’épisode de chaleur a semblé beaucoup moins marquant que la fameuse canicule de 2003 et pourtant, les températures ont atteint des records absolus. C’est bien entendu lié au caractère très court de la vague de chaleur, qui n’aura duré que 3 ou 4 jours.

Météo France rapporte des températures maximales atteintes durant le week-end des 18 et 19 août sur les régions s’étendant du sud-ouest au centre et à l’est du pays. Même pendant la nuit, elles ne descendaient pas en dessous des 20°C.

C’est dans le centre de la France que les thermomètres ont le plus vu rouge : la ville de Montgivray dans l’Indre a pulvérisé tous les records avec 42,3°C relevés le 18 août ; il a fait 41,6°C à Auzances dans la Creuse et 40,4°C à Reignac en Indre-et-Loire. Le lendemain, la commune de Châtillon-sur-Seine en Côte d’Or affichait 41,5°C.

La vague de chaleur hors de nos frontières

Nos voisins européens ont également eu à subir ce pic de chaleur. Il a été particulièrement ressenti en Italie et en Espagne.

Les Etats-Unis ont dressé un bilan beaucoup plus lourd de l’été car la vague de chaleur outre Atlantique s’est malheureusement révélée meurtrière. La BBC rapportait dès début juillet au moins 42 décès liés à des températures extrêmes, la plupart des victimes étaient des personnes âgées.

*

Je réagis

Sur le même thème :