Energies. Vos fournisseurs : Gaz de France (10)

consoGlobe vous propose une série d’articles sur chacun des 10 fournisseurs d’énergie du marché français, qui permettra de bien connaître les conditions qui sont offertes au consommateur et qui se terminera par la mise en ligne d’un Comparateur des offres d’énergie pour le grand public. Neuvième volet de notre série avec Gaz de France.

  • Opérateur historique en gaz depuis plus de 60 ans, Gaz de France (GDF) se pose désormais en principal concurrent d’EDF en tant que fournisseur de gaz et d’électricité.

    >> Sur les 58 420 particuliers qui ont demandé à changer de fournisseur en électricité depuis le 1er juillet 2007, 46 000 auraient ainsi « basculé » vers GDF *. Un chiffre encore insignifiant quand on sait qu’EDF comptait 25 millions de particuliers avant l’ouverture du marché…

    >> Ce constat vaut aussi dans le sens inverse : sur 10 millions de foyers, «seuls» 60 000 avaient quitté GDF et ses tarifs réglementés en gaz pour EDF fin 2007.

  • Le groupe GDF, dont la fusion avec Suez est imminente , reste ainsi le numéro 1 incontestable de la distribution de gaz naturel en France.

    * source : Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies  

    Une réversibilité réintroduite : vers une accélération du marché ?

  • Depuis l’ouverture du marché en juillet 2007, peu de clients ont « osé » quitter leur opérateur historique pour un fournisseur privé. Cause invoquée : l’impossibilité de revenir aux tarifs réglementés une fois le basculement effectué.
  • Une loi adoptée le 10 janvier 2008 par l’Assemblée nationale autorise désormais les consommateurs à revenir aux tarifs réglementés, après au moins six mois d’abandon d’EDF.

    >>> Un « bémol » : cette réversibilité ne s’applique que jusqu’au 1er juillet 2010 et… ne concerne le marché du gaz, qu’en cas de déménagement.

  • Autres « infos » qui pourraient inciter les consommateurs à quitter les tarifs régulés :

    >> Une étude réalisée par la société Canal Énergie, publiée le 11 décembre 2007, montre des économies de 5 à 8 % sur le montant des factures en électricité (5 à 8,4 % pour le gaz) pour les clients qui ont quitté les tarifs régulés.

    >> Des tarifs régulés pour le gaz qui ont augmenté de 4 % depuis 1er janvier 2008, afin de compenser les coûts d’approvisionnement de GDF. Ces derniers sont en effet indexés sur les prix des produits pétroliers, qui ont fortement augmenté en 2007.

  • Des offres « à la carte » 

  • Depuis juillet 2007, outre le maintien de l’offre en gaz au tarif réglementé, GDF propose des offres de marché pour les 2 énergies (gaz et/ou électricité) sous sa marque Dolce Vita .
  • Et le choix est vaste :

    >> Le client peut souscrire à une offre unique en gaz ou en électricité mais aussi à des offres duales (gaz + électricité) : « DolceVita 2 énergies »

    >> Les prix de ces offres restent fixes selon la durée du contrat choisie (1 ou 2 ans). Au-delà de cette période, GDF ne s’engage à rien…

    >> Autre possibilité : le client peut combiner une offre de marché en électricité avec un tarif réglementé en gaz naturel.

  • Mauvais point : GDF ne propose aucune offre « verte » à ses particuliers. Le groupe garantit cependant que 21 % de l’électricité fournie est d’origine renouvelable par l’achat de certificats verts .
  • Bon point : les nombreux services et conseils proposés pour réduire sa consommation d’énergie dont :

    >> Des « points Conso » gratuits pour comprendre sa consommation et connaître les caractéristiques de son logement (isolation, état des installations en chauffage, etc.)

    >> Des sélections d’équipements permettant des aides financières et des économies d’énergie importantes (chaudière à condensation ou basse température, pompe à chaleur , système solaire combiné…)

    >> « L’empreinte écologique » , développée en partenariat avec le WWF, pour calculer l’impact de notre mode de consommation sur la planète. Un questionnaire aux résultats « chocs » pour une véritable prise de conscience…

    GDF, le pari de l’éolien ? 

  • 5,8 sur 20 : soit la note adressée par Greenpeace à GDF dans son dernier classement EcoloWatt .

    >> Greenpeace y dénonce ainsi un mix énergétique composé en 2006 « à plus de 85 % de nucléaire et d’à peine 1 % d’énergies renouvelables »

  • Pour faire face à ces critiques, GDF ne cesse de mettre en avant sa politique d’investissement dans l’éolien, via ses filiales Maïa Eolis ou Erelia, affirmant vouloir :
    >> produire 10 % de l’électricité éolienne en France d’ici 2010

    >> atteindre 2000 MW d’installations éoliennes en Europe d’ici fin 2012

  • 20 % de sa capacité en électricité devrait ainsi être produit à partir d’énergie renouvelable en 2012. Effet d’annonce ou intention réelle ?
    GDF en quelques chiffres

  • Date de création  : 8 avril 1946
  • Statut  : société anonyme (SA) au capital de 983 871 988 d’euros
  • Siège : 23 rue Philibert Delorme 75 840 Paris cedex
  • Nombre de clients (avant le 1er juillet
    2007) :
     : 13,8 millions de clients (particuliers, entreprises, collectivités) dont 11 millions en France
  • Chiffre d’affaires (2006)  : 27,6 milliards d’euros
  • Retrouvez notre série d’articles sur tous les fournisseurs d’énergie du marché français :

    - Fournisseurs d’énergie : on a peur, pourquoi ?

    - Planète UI, le fournisseur d’énergie verte qui monte ,
    EDF ,
    Alterna ,
    Proxelia,
    Direct Energie ,
    Poweo ,
    Gaz de France ,
    Altergaz ,
    Enercoop ,
    Electrabel, groupe Suez,
    Electricite de Strasbourg,
    GEG Sources d’Energies .

    A lire, l’interview de Nicolas Milko , fondateur de Planète UI, nouveau fournisseur en énergies renouvelables