L’énergie nucléaire : solution ou risque ? (3)

Au début des années 70, la crise du pétrole a multiplié les commandes et la construction de centrales nucléaires. Puis, lorsque les cours du pétrole se sont stabilisés et même amoindris, et que les mises en service de centrales électriques ont permis de satisfaire la demande, les commandes se sont réduites.

De plus, avec les accidents de Three Mile Island aux États-Unis (1979) et de Tchernobyl en Ukraine (1986), le public a commencé à se poser des questions sur la sûreté nucléaire…

Le nucléaire : gage de sûreté ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, selon le nombre d’accidents du travail, l’industrie nucléaire obtient l’un des meilleurs résultats en termes de sécurité. En 2003, par exemple, dans les centrales nucléaires du monde entier, la fréquence des accidents du travail avec arrêt était de 0.28 accident pour 100 travailleurs à plein-temps.

Nucléaire- a noter

Soulignons qu’un accident dans une centrale nucléaire peut provoquer davantage de dégâts que les accidents causés par d’autres installations industrielles, en raison de la quantité de radioactivité produite par la fission.
C’est pourquoi des niveaux de sûreté extrêmement élevés ont toujours été indispensables pour l’exploitation de l’énergie nucléaire.

Eviter les accidents

La sûreté nucléaire repose sur la capacité des systèmes et du personnel de l’installation à éviter les accidents et, au cas où il s’en produirait un, d’en limiter le plus possible les conséquences. Un soin doit être apporté au choix du site, la robustesse de la conception et la qualité de la construction, la multiplication des niveaux de protection, et l’existence d’une enceinte de confinement appropriée, et les contrôles par une autorité de sûreté indépendante.

énergie nucléaireLa responsabilité de la sûreté nucléaire est avant tout nationale, tout pays est donc responsable de la sûreté des centrales nucléaires construites sur son territoire. Toutefois, la coopération internationale, dans le cadre d’organisations telles que l’AEN et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) contribue largement à la mise en place des concepts pertinents et à la diffusion des bonnes pratiques.

Le danger reste présent

Malgré les très hauts niveaux de sûreté des activités en rapport avec des rayonnements ionisants, des accidents avec exposition des travailleurs et du public ne sont pas exclus, et peuvent même, comme à Tchernobyl, avoir des répercussions par delà les frontières.

  • Ainsi, la communauté internationale a mis rigoureusement au point des programmes et méthodes de préparation aux situations d’urgence nucléaire et de gestion de crise de façon à limiter le plus possible les conséquences des accidents.

Toutes les installations nucléaires du monde entier se sont dotées de ce type de dispositif en concertation avec les autorités locales et nationales. Aux niveaux national et international, des exercices de crise sont organisés régulièrement.

déchets nucléairesEn matière de sécurité, les pays membres de l’OCDE ont toujours pris très au sérieux la protection physique des matières et installations nucléaires, y compris contre d’éventuels actes de malveillance et ils se sont engagés dans des programmes de grande ampleur afin de renforcer cette protection.

>>>Lire la suite   L’énergie nucléaire : solution ou risque ? (4)

Lire également