Energie. Les facs françaises trop gourmandes !

Une étude récente* vient de montrer que les Universités françaises sont très médiocres en termes de consommation énergétique et d’émissions de C02.  Pas réjouissant à l’heure où les facs doivent mettre en place un « plan vert » pour la rentrée de septembre 2009

Universités : un bilan environnemental médiocre et disparate

Les facs françaises représentent un parc immobilier considérable (18 millions de m² dont 4,5 millions de logement étudiant) et à lui tout seul 1/3 du parc immobilier public français (hors hôpitaux).

Or les milliers de salles de cours, de laboratoires, de bâtiments administratifs ont un bilan énergétique très moyen : la moyenne nationale de leurs consommations d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre (GES) classe le parc immobilier universitaire en catégorie D sur l’échelle énergie des bâtiments publics qui va de A à G.
université - consommation d'énergie Developpement durable


Energie et C02 – Un état des lieux très moyen

La consommation moyenne des bâtiments publics français est :

  • de 300 kwh/m²/an contre de  80 à 110 pour les bâtiments neufs, pour la consommation d’énergie qui varie beaucoup selon qu’on compte plus ou moins de laboratoires, de salles cours, …
  • de 31kg/m²/an pour les rejets de CO2 : les performances sont assez stables d’une université à l’autre. Deux facs sortent du lot : la Champagne Ardenne avec 55 kg/m²/an et  la Basse-Normandie (une fac et un crous) avec environ 12 kg/m²/an .
  • Les bâtiments construits entre 1975 et 1987 ont les performances énergétiques les moins bonnes.
  • Bien que le diagnostic énergétique des bâtiments publics soit moins sévère que celui appliqué aux bâtiments privés, les résultats des facs est très médiocre, ce qui étonne peu quand on connaît le délabrement général des Universités. La bonne nouvelle est que, en partant de là, les économies à attendre du Plan vert seront très fortes.

"Grenelle 1" : tous les bâtiments publics audités

Conformément aux dispositions de la loi Grenelle 1, les bâtiments publics neufs doivent eux aussi faire des efforts environnementaux.

    Les bâtiments publics neufs

Ils doivent respecter un plafond de consommation de 50 kwh/m²/an. Pour les bâtiments anciens un audit énergétique doit être fait d’ici 2010.

    Les bâtiments publics anciens

Ils devront être rénovés à compter de 2012, avec l’objectif de consommer au moins 40 % d’énergie en moins et d’émettre moitié moins d’émissions de GES sous 8 ans.

Un plan vert pour les facs

Le « plan vert » pour la rentrée 2009 pour les Universités tiendra compte de leur bilan carbone, de leur consommation d’eau, leur accessibilité aux handicapés, de la performance énergétique des bâtiments, de la facilité d’accès du campus par les transports en commun.

Le but de ces critères de développement durable est de développer une démarche de labellisation qui comptera dans l’évaluation des facs. D’ici à 2050, une réduction de 80 % de la consommation d’énergie des Universités est attendue. Un objectif très ambitieux.

Pour les aider, un outil de suivi de leur politique énergétique, appelé « StartEnergieCO2 », sera utilisé par les Universités. Elles devront impérativement progresser sur ce volet Développement durable de leur performance globale, volet qui compte de plus en plus pour leur réputation internationale !

université consommation d'énergieRatios Energie des bâtiments universitaires de chaque région française (kWh.EP/m².an) (source : http://cartographie.extragency.fr/)

* Etude septembre 2008 et février 2009, de la Caisse des dépôts et la Conférence des présidents sur la consommation énergétique et les émissions de CO2 du parc universitaire, réalisée par Fondaterra et Icade Gestec auprès de 83 établissements universitaires représentant 13 millions de m², 13 grandes écoles et 8 CROUS.  

A Lire également :