Electroménager écolo : les concepts se multiplient

Des appareils électroménager écolo encore moins gourmands en eau et en électricité. Voilà le défi que les fabricants se sont lancés pour respecter l’environnement, sachant que les 2/3 de l’électricité consommée par un ménage français vont aux appareils électroménagers, selon l’Ademe. De quoi retrousser ses manches !

De nouvelles technologies sur le marché

Hé oui ! L’écologie s’est épris de l’électroménager. Au-delà des obligations réglementaires, les fabricants du secteur ont saisi l’enjeu au coeur de leurs préoccupations actuelles. Désormais, toutes les marques mettent l’accent sur l’aspect « écolo» de leurs offres.

Il faut dire que le secteur a mis toutes les chances de son côté depuis quelques années : étiquetage énergétique, participation aux efforts de collecte, recyclage et valorisation des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques ménagers)…

electroménagerQuant aux consommateurs, ils souhaitent aujourd’hui réduire leurs factures d’électricité, mais aussi d’eau, et sont donc de plus en plus regardants sur les qualités de leurs équipements ménagers.

  • 57 % de Français se disent aussi sensibles au respect de l’environnement qu’au prix du produit lors d’un achat.

Les fabricants l’ont compris et en l’espace de dix ans, un lave-linge a vu sa consommation d’eau réduite par 2, pour atteindre 40 litres, ainsi que le lave-vaisselle, qui ne consomme plus qu’une dizaine de litres, voire moins !  De nouvelles technologies sont ainsi proposées sur le marché.

Sachant que 76 % de l’impact environnemental d’un appareil électroménager est lié à son utilisation, le reste, à sa fabrication et son recyclage, les fabricants veulent dorénavant sensibiliser les consommateurs au «coût d’utilisation global» de leurs appareils.

Les appareils électroménager écolo de plus en plus nombreux

Haier par exemple a lancé son innovant lave-linge Wash2O, un modèle fonctionnant avec ou sans lessive (bi-mode). Le système repose sur l’électrolyse, qui ionise le bain de lavage en séparant les composants de l’eau (ions OH- contre la saleté, ions H+ qui agissent comme l’eau de javel).

Wash2o Haier

Par ailleurs, l’Ademe rappelle les économies importantes réalisées avec des appareils de la classe énergétique A voire A+ ou encore A++ : de 535 kWh, la consommation passe à 243 kWh pour un lave-linge, et de 636 kWh à 274 kWh pour un appareil de froid.

Les efforts pour réduire la consommation d’énergie des sèche-linge sont également symboliques. Miele commercialise depuis octobre 2008 un modèle de faible consommation (1,8 kWh), doté d’une pompe à chaleur permettant une économie de 46 % de l’énergie.

Quant au suédois Electrolux, il milite pour que soient établies des étiquettes plus complètes, comme celles qu’il a développées et qui indiquent les consommations d’eau et d’électricité ou encore le degré de recyclabilité du produit. Toutefois, à vouloir donner trop d’informations à l’acheteur, on risque de le noyer !

  • Le groupe Philips a pour objectif de réaliser 30 % de son chiffre d’affaires avec des «produits verts» d’ici à 2012.
  • Electrolux réalise pour sa part 17 % de son chiffre d’affaires avec des produits «verts».

Enfin, utiliser la vapeur pour laver, cuire, ouvre une voie pour laquelle nombre de fabricants s’éprennent. Le lave-linge Aquasteam 6e Sens de Whirlpool par exemple intègre cette solution. Idem côté cuisson, avec le Speed Oven Vapeur de Samsung, un four qui allie cuisson traditionnelle, micro-ondes et vapeur.

Aquasteam 6ème sensEt les lave-vaisselle suivent le rythme, comme celui que propose Candy et qui n’utilise que 8 litres d’eau.

La course à l’écologie continue jusqu’à la cuisine, qui sera écoconçue dans son intégralité, à l’image de la Green Kitchen de Whirlpool. Ce concept réduit la facture énergétique de 70 %, sur un triple principe de transformation, réduction et recyclage…qui dit mieux ?

*

Le dossier électroménager Ecolo