[1er avril] Des élections contestées à cause de bulletins biodégradables

[1er avril] Des élections contestées à cause de bulletins biodégradables

L’histoire pourrait faire rire si elle n’avait pas des conséquences immédiates sur la vie des communes dans lesquelles elle se déroule. Dans les municipalités de Conches-sur-Loire et Bénoday, deux petites villes tenues par des maires écologistes ayant acheté de nouvelles urnes et bulletins de vote à “empreinte carbone limitée”, autrement dit écolo.

Des élections invalidées faute de pouvoir recompter

bulletins-vote-bureauStupeur lundi matin après l’excitation de la soirée électorale : à 9 heures, quand les employés municipaux de Conches ont amené les bulletins de vote centralisés la veille lors du décompte électoral, une mauvaise surprise attendait Michel Garneron, Directeur des services techniques de la ville.

Il a été obligé de remettre à la responsable des bureaux de vote de la mairie un tas de papier illisible, plus proches de la pâte informe que de bulletins bien rangés prêts à être recomptés une dernière fois.

paul2 Cette mésaventure, Camille Dufret, la responsable des élections de Bénoday la vit également : “les bulletins qu’on avait comptés hier soir sont tous illisibles ! on ne voit plus de caractères imprimés, ils se sont collés les uns aux autres, et ont commencé à se désagréger. Impossible de recompter“.

etoile143Évidemment, dans les deux communes, les listes perdantes ont sauté sur l’occasion pour contester le résultat et réclamer un nouveau scrutin. Le mystère a été rapidement résolu.

Dans ces deux communes, les responsables municipaux ont accepté d’acheter du matériel électoral de la société suédoise StÖrk Papers qui propose des papiers et des cartons écologiques. StÖrk Papers s’est fait une spécialité de matériaux écologiques à dégradation rapide et ses cartons sont fort appréciés pour leur biodégradabilité qui en minimisent le coût de traitement. L’entreprise suédoise commercialise d’ailleurs une nouvelle gamme de bioplastiques à la durée de vie ultra-courte qui intéresse bigrement la grande distribution et l’industrie.

Du matériel électoral trop … vite biodégradé

Mais, pour les élections municipales, pas de chance, les mairies françaises sont tombées sur un lot mal dosé.

urne-bulletins biodégradables fleche-suiteEn effet, la durée de vie des matériaux suédois est raccourcie par l’adjonction de principes actifs qui en accélèrent la décomposition : des “micro-levures sélectionnées pour leur puissance et leur résistance“. Aucun additif toxique n’entre dans la formule de ces matériaux pour des matériaux encore plus biodégradables et compostables. L’idée paraît a priori excellente quand on considère la durée de vie des déchets dans la nature.

Les urnes achetées par les mairies, sans métal, sans plastique, ont également commencé à se dégrader : le carton des parois et le bioplastique des angles et des rainures se ramollissent déjà.

Quant aux bulletins, 3 jours après les Municipales, ils ne sont plus qu’un amas de papier bon pour le recyclage direct. Un effet secondaire inattendu d’une écologie trop active sur la démocratie locale ? Les vainqueurs des élections et les Mairies n’ont pas goûté la plaisanterie et ont annoncé vouloir se retourner contre l’industriel suédois.

*

article-presse-premier-avril

 Tous les articles de consoGlobe pour le 1er avril

 

Sur le thème du bioplastique :