Les effets pervers de la croissance de l’éthanol.

Les effets pervers inattendus de la croissance d’un bio-carburant, l’éthanol. Le plus répandu des biocarburants.

L’éthanol, le plus répandu des biocarburants

A priori, produire plus d’éthanol n’a que des avantages. Le biocarburant permet d’émettre moins de CO2 dans l’atmosphère et donc de limiter le réchauffement planétaire. Pourtant, un effet pervers majeur se fait sentir, notamment au Mexique.

Le maïs est la première matière première de l’éthanol

En effet, le maïs est la matière première utilisée pour produire de l’éthanol. Avec l’explosion de la demande d’éthanol, la quantité de maïs disponible pour l’alimentation animale et humaine diminue et donc le prix du maïs augmente – +67 % prévus en 2007.

Les USA sont les premiers exportateurs et producteurs de maïs dans le monde, plus encore depuis que la Chine a diminué ses propres exportations.

Les biocarburants posent un problème agricole global

De nombreux pays sont mis en difficulté car le maïs est un aliment de base pour leur population : le Mexique avec ses fameuses torillas mais aussi l’Algérie, l’Indonésie, le Nigéria où l’inflation des aliments de base inquiète les plus pauvres.

L’éthanol dans le monde

Dans le monde, l’éthanol est le biocarburant dont l’usage est le plus répandu, sa production s’élevant à plus de 60 Mt en 2010, pour l’essentiel au Brésil et aux États-Unis. La production de biodiesel ou EMHV (Ester Méthylique d’Huile Végétale), réalisée pour beaucoup en Europe, est de l’ordre de 15 Mt.

Ces productions sont à comparer aux 1700 Mt de carburants pétroliers consommés chaque année. Les perspectives de croissance pourraient néanmoins être limitées à terme, notamment en raison de contraintes de ressources, souvent en compétition avec l’alimentation, et de coûts.

L’éthanol en France
En 2010, la France a quasiment atteint son objectif d’incorporation moyenne de 7 % de biocarburant aussi bien en éthanol dans l’essence qu’en biodiesel dans le gazole. L’éthanol est produit en France à partir de betteraves, de blé et de maïs dans une moindre mesure. L’usage de l’éthanol pur ou à très forte concentration nécessite des adaptations spécifiques du véhicule et c’est donc généralement sous forme de mélange à des teneurs relativement faibles, de 5 % à 10 %, quřil est utilisé. Les EMHV sont produits en France à partir d’huiles de colza et de tournesol. Pour les mêmes raisons que l’éthanol, les EMHV sont principalement utilisés en mélange à des teneurs variant de 5 à 7 % jusqu’à 30 %. (source : http://energie.cnrs.fr/2011/ATELIERS2011.pdf)

*

Au sujet des biocarburants :