Ecover enseigne l’écologie au quotidien

Ecover enseigne l'écologie au quotidien

Ecover, numéro 1 du détergent écologique dans le monde ouvre les portes de son Ecovercité. Au programme de cette école dédiée à l’écologie au quotidien : comment détecter les produits faussement écologiques, décrypter les étiquettes, savoir ce qu’est un emballage vert… Nous avons eu l’occasion d’assister au premier cours dispensé sur le site de l’usine à Hesdin l’Abbé à côté de Boulogne-sur-Mer. Visite.

Ecover, une démarche écologique globale

A l’origine d’Ecover, Frans Bogaerts, chimiste de profession et visionnaire. Dès 1979, bien avant que de célèbres lessiviers en fassent leur message publicitaire, il met au point une lessive sans phosphate, conscient de la catastrophe écologique liée à l’utilisation de molécules chimiques et toxiques dans les lessives conventionnelles.

Plus de 30 ans après, l’entreprise flamande d’origine distribue ses produits (liquide vaisselle, entretien, lessive, parfums d’intérieur, bricolage, soin du corps…) dans 26 pays à travers le monde, principalement au Royaume-Uni mais aussi aux Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande…

En France, la marque est présente sur 4 marchés : magasins spécialisés (Biocoop, Kbane…), la Grande Distribution, le circuit professionnel et l’e-commerce.

La démarche écologique d’Ecover se retrouve à tous les niveaux :

  • les usines (en Belgique et dans le nord de la France) sont sur deux sites certifiés ISO 14001(1)
  • les ingrédients utilisés qui sont d’origine végétale ou minérale (aloe vera, huile de camomille, acide citrique…)
  • les emballages, 100 % bioplastique (à base de canne à sucre) et 100 % recyclables pour la gamme grand public qui compte plus de 30 références. La bouteille utilisée baptisée Plantastique a d’ailleurs reçu l’oscar de l’emballage 2011.

Re-Fill : se passer d’emballages

Le meilleur moyen de réduire le volume des emballages, c’est tout simplement de s’en passer.

Ecover a donc mis en place son concept de « Re-Fill » en magasin. Le principe : on n’achète qu’une seule fois le produit dans son emballage. Les fois suivantes, il suffit de venir remplir son conditionnement vide. C’est plus sain pour l’environnement car un seul emballage sert plusieurs fois. C’est aussi beaucoup plus économique pour le consommateur : le calcul est rapide quand on sait que l’emballage représente de 15 à 20 % le coût du produit.

Sont disponibles pour le moment 1 nettoyant multi-usages, 2 liquides vaisselle, 1 lessive et 1 adoucissant. Re-Fill est présent en magasins spécialisés (chez Kbane par exemple)

(1)La labellisation ISO 14001 repose sur les efforts en terme de « management environnemental », c’est-à-dire la capacité qu’aura une organisation ou une entreprise à rechercher l’amélioration continue de la performance environnementale.

Visite de l’usine avec François Labbaye, directeur général d’Ecover France

La charpente en bois issu de forêts gérées durablement

L’usine d’Hesdin-l’Abbé construite en 2007 a été entièrement imaginée afin de réduire au possible son empreinte écologique :

- les matériaux utilisés sont respectueux de l’environnement comme par exemple la charpente en bois issu de forêts gérées durablement ;

- l’impact visuel a lui aussi été pris en compte car le bâtiment se situe en haut d’une colline pour réduire sa visibilité. La couleur de sa façade varie en fonction de la luminosité afin de se fondre dans le décor ;

- l’usine fonctionne à 98 % sans papier : tout est informatisé ;

- cartons et étiquettes sont réutilisés  : une fois les matières premières reçues, les cartons sont mis de côté afin d’être renvoyés aux fournisseurs. Les cartons et étiquettes sont utilisés jusqu’à 7 fois ;

- l’eau de pluie est récupérée et utilisée dans les espaces de lavage et les WC de l’usine. Trois systèmes d’évacuation ont été imaginés pour ne pas polluer l’eau de la ville ;

- la toiture de l’usine est végétalisée  ;

- des puits de lumière sont présents à des endroits stratégiques de la chaîne de production afin de profiter de la lumière naturelle et diminuer la consommation électrique.

*

La suite p.2> Ecovercité : l’université des éco-idées