Eco-Viikki : le quartier vert d’Helsinki

Eco-Viikki : le quartier vert d'Helsinki

Un quartier écologique a vu le jour à Helsinki. Pensé dans une logique de développement durable et de protection de l’environnement, le lieu a tout d’un petit coin de paradis. Zoom sur Eco-Viikki, un lieu où il fait bon vivre.

Eco-Viikki, un quartier vert à Helsinki

Dans les années 2000, le Ministère de l’Environnement Finlandais et l’Association des Architectes soutenus par la Commission Européenne ont lancé un vaste projet de création d’un quartier éco-conçu dans la banlieue proche d’Helsinki.

Eco-ViikkiSur 40 ha, ce nouveau quartier écolo est idéalement situé. En lisière de la ville et proche d’une réserve naturelle, il est également à proximité du Parc scientifique de Viikki et du Biocentre de l’Université d’Helsinki.

fleche-Eco-Viikki : le quartier vert d'Helsinki Eco-Viikki comprend à la fois des zones résidentielles (environ 2000 habitants dans 600 logements de typologies variées allant de la maison individuelle aux logements collectifs) et des espaces de commerce avec tous les services nécessaires (hôpitaux, commerces de proximité, centre de loisirs, école…).

Lors de la planification et la construction d’Eco-Viikki, des critères écologiques exceptionnellement stricts ont été érigés par la Ville d’Helsinki.

Les critères majeurs concernaient la réduction de la pollution, l’utilisation des ressources naturelles, la santé, la biodiversité et l’alimentation des plantes et du sol. Des contrôles ont été effectués durant toute la phase de construction.

Des objectifs ambitieux pour l’éco-quartier Eco-Viikki

L’éco-quartier Eco-Viikki s’est fixé plusieurs objectifs, parmi lesquels :

  • l’application d’un design et de règles de construction conformes aux tendances de la construction écologique.
  • l’acquisition d’expérience pour de futurs projets, cela afin de constituer une vitrine des savoir-faire finlandais.
  • la conformité avec le Programme national pour des constructions écologiques et durables.
Eco-Viikki

Eco-Viikki

  • le recours aux technologies à basse température, chauffage géothermique et énergies renouvelables, notamment solaire (15 % des besoins de chauffage pour l’ensemble du quartier). Mais aussi une ventilation naturelle soutenue par de l’énergie solaire et éolienne, des saunas communes chauffées au bois, et des solutions innovantes pour la congélation des denrées.
  • une réduction de 20 % des émissions de CO2 comparée aux constructions conventionnelles.
  • des technologies d’économie de l’eau (objectif : 40-50 litres/personne/jour).
  • une réduction de 20 % des déchets par rapport à la norme habituelle (max 160 kg/personne/an).