Design : osez la récup !

Sans recyclage, nous serions envahis de plastiques, de verre et de papiers…Nous entrons dans une ère résolument plus écolo dans laquelle chacun à sa manière essaie de limiter l’impact qu’il produit dans ce domaine. La décoration a son rôle à jouer !

Vous entassez vos vieilleries dans une cave ou un grenier en attendant qu’elles prennent la poussière  ? Erreur ! Faites plutôt circuler vos objets quand ils ne vous servent plus : donnez, troquez, transformez…

Parce chaque objet à droit à une seconde vie (ou une seconde chance ! ), la "récup design" est actuellement en passe de devenir le "must have" de demain. Changer le look de son intérieur sans se ruiner et sans impact pour la planète est accessible à tous.

En effet, aujourd’hui, l’écodesign, l’éthique et le bio sont à l’honneur…Une véritable révolution dans le monde de la déco. Toutefois, une question persiste : comment rendre glamour et désirable des matériaux pauvres, récupérés ou détournés ?

Eh bien, il n’y a rien de bien compliqué puisqu’il suffit de quelques notions de bricolage, une bonne dose d’imagination (et pourquoi pas d’humour !) et le tour est joué : on entre dans la peau d’un designer en vogue et on se fabrique un intérieur conceptuel et original

En Afrique, en Asie ou en Amérique latine, les populations pauvres pratiquent la récup depuis bien longtemps, surtout par nécessité. Mais en Occident, il faut avouer que le phénomène est assez récent et ce sont les designers qui s’approprient les matériaux rejetés.

Ces derniers veulent avant tout élaborer de beaux objets, pratiques et ludiques. Leur démarche est éthique, artistique… et pragmatique : en France, avec 450 kg de déchets ménagers par personne et par an, la matière première gratuite ne manque pas.

Les brésiliens Fernando et Humberto Campana, fervents écologistes   et partisans du recyclage, ont été des précurseurs et sont parvenus à intéresser de grands éditeurs de meubles.

N’oublions pas que c’est en créant aujourd’hui d’évidents objets économes, utiles et fonctionnels que l’on atténuera cette course folle au gaspillage !

La maison néerlandaise Droog design, pionnière en la matière depuis son exposition retentissante au Salon du Meuble à Milan en 1992, reste la spécialiste du grand détournement, favorisant l’idée et le concept sur le style de l’objet.

Si bien que le collectif de jeunes créateurs qu’elle fait collaborer avait été sélectionné pour ouvrir la troisième saison de la capitale européenne de la culture à Lille en 2004.

Aujourd’hui encore, Droog demeure célèbre pour ses lampes réalisées avec un bouquet d’ampoules, ses armoires composées de simples tiroirs assemblées avec une sangle ou son banc creusé dans un tronc d’arbre brut et décoré avec des dossiers de chaise Louis XV…

Arpenter les décharges et les vide-greniers à la recherche de la perle rare qui permettra de laisser libre cours à son imagination et à ses talents de bricoleurs est aujourd’hui considéré comme une démarche responsable.

Bouteilles en plastique, boîtes de camembert, briques de lait, boîtes à oeufs, caisses à vins, pots de yaourt, mais aussi, bidons, cageots, canettes, bocaux, bouts de tissu, étiquettes, bouchons… Vous allez soudain découvrir que les objets les plus courants peuvent avoir un charme particulier.

Ce ravissant paravent ? Un assemblage de vieux volets provençaux récupérés dans la rue ! Ce grand miroir orné de bas-reliefs ? La porte d’une armoire en noyer ringarde !

Si les regards et avis ont changé sur cette pratique, la récup reste avant tout la fierté d’un économe imaginatif et l’occasion idéale de dire "c’est moi qui l’ai fait :) !"…

Lire également

Article rédigé par Elwina, mars 2009