Agir pour la planète

Crowdplanting : incitez les entreprises à planter des arbres !

Crowdplanting : incitez les entreprises à planter des arbres !

Alors que le crowdfunding se développe, un nouveau concept, proche, est aujourd’hui proposé par par Reforest’Action, entreprise sociale française spécialiste de la reforestation : le crowdplanting. L’idée est simple : inviter les internautes à challenger une entreprise en faveur d’un projet de reboisement. A chaque arbre planté par un internaute, l’entreprise en question en plante un autre.

La reforestation en mode participatif

On peut regretter le manque d’intérêt de certaines entreprises envers les questions d’l’environnement. Avec le crowdplanting (excusez le néologisme, calqué sur celui du crowdfunding) les citoyens vont désormais pouvoir inciter les entreprises françaises à passer à l’action de façon concrète et mesurable. Bonne nouvelle !

Le principe du crowdplanting  :

C’est simple. Pour chaque arbre planté par un internaute sur sa forêt numérique sur le site reforestaction.com, l’entreprise s’engage à en planter un autre. Autrement dit, quand les internautes plantent plus d’arbres, les entreprises augmentent la mise et la forêt grandit en conséquence.

C’est l’entreprise Hectare qui a décidé d’ouvrir le bal du crowdplanting en France.

Hectare est un promoteur immobilier engagé dans une démarche éco-responsable  qui veut contribuer au reboisement d’une forêt sinistrée dans l’Héraut en 2009. Une parcelle de 2 hectares y a été frappée durement par la tempête Klaus qui a abattu 60 % des arbres.

Crowdplanting - Reforest'Action

Le sort s’est acharné sur ce terrain puisque les arbres encore debout mais affaiblis ont subi les assauts du dendrochtone, un insecte ravageur d ‘origine euro-sibérienne qui attaque certains résineux. Ce scolyte a décimé 80 % des arbres encore sur pied après le passage de Klaus.

Le saviez-vous ? Dans l’Ouest canadien, le dendrochtone du pin a ravagé de très grandes superficies de forêt. Le gouvernement a donc décidé les exploitants forestiers à ne pas simplement brûler le bois atteint, en supposant qu’il y avait mieux à faire. Ce bois va donc servir de biomasse.