Crise et conso durable, le divorce en 2014 ?

Crise et conso durable, le divorce en 2014 ?

Crise et conso durable sont-ils des termes à dissocier ? L’environnement a-t-il été relégué au second plan par l’économie en berne ? Si les Français sont inquiets pour leur avenir (emploi, impôts, précarité…), ils n’en restent pas moins toujours sensibles aux questions environnementales.

Les Français et l’environnement en 2014

En période de crise, nous cherchons tous des moyens de faire des économies. Si on regarde le verre à moitié plein, on se rend compte que les moyens mis en oeuvre pour faire des économies sont aussi ceux qui aident à préserver l’environnement.

Eh oui, les éco-gestes sont doublement vertueux !

Il est donc logique que, plus encore pendant la crise, les Français réduisent leur consommation d’eau et d’énergie quand ils font la lessive, le ménage ou leur toilette. Pourtant, malgré des habitudes de consommation plus vertueuses (parfois meilleures que pour les autres consommateurs Européens), nos concitoyens pensent qu’ils peuvent « mieux faire ».

En matière d’achat comme de consommation, les Français attribuent à leur contribution personnelle à la préservation de la planète une note moyenne de 5,7/10. Pas plus.

La pollution arrive quand même dans le trio de tête des préoccupations des Français, même si elle est très loin derrière le chômage qui est perçu comme le problème le plus important pour les 3/4 de la population.

Des Français de plus en plus vertueux au quotidien

Les préoccupations environnementales sont véritablement entrées dans les foyers. Ainsi, au fil des années, on s’aperçoit que les Français sont de plus en plus nombreux à avoir adopté de bons réflexes qui font la différence. La liste des écogestes pratiqués au quotidien s’est nettement allongée depuis 2005.

douche2180 écogestes et bonnes résolutions

Crise et conso durable : le gaspillage préoccupe

Le gaspillage sous toutes ses formes est de plus en plus désapprouvé, et notamment l’obsolescence programmée ou le gaspillage alimentaire, qui est LA forme de gaspillage la plus détestée des Français.

Par exemple, la notion d’anti-gaspi reste en tête sous la douche : en effet, une grande majorité des Français c’est-à-dire 71 %, coupent l’eau le temps de se savonner, se laver les cheveux ou appliquer un soin capillaire. C’est beaucoup mieux que les Européens qui ne sont en moyenne que 52 % à le faire.

Malgré les idées reçues de nos chers voisins européens, les Français prennent des douches plus souvent (6,26 en moyenne par semaine, contre 5,3 pour les Européens), mais elles sont plus courtes. Il passent en effet 8 mn53 sous la douche, contre 9 mn 33 pour le reste des Européens.

Une autre grande source de gaspillage d’eau est évitée : celle causée par l’eau qui coule durant le brossage des dents. 87 % des Français ont adopté le bon réflexe de couper l’eau pendant le brossage, soit 16 % de mieux que la moyenne des Européens.

> suite : les Français, l’environnement et l’avenir