6 comportements des Français face à l’environnement

  • « L’environnement devient une préoccupation de plus en plus consensuelle”, mais “l’écart entre la sensibilité des individus pour l’environnement, les efforts qu’ils déclarent être prêts à faire et ce qu’ils font réellement” perdure. Ce sont les conclusions d’une étude portant sur les pratiques écologiques de nos concitoyens.

    L’IFEN, l’Institut français de l’environnement, a classé les Français en 6 catégories, en fonction du nombre de 14 pratiques environnementales distinctes : les Français les plus impliqués s’impliquant dans plus de « pratiques » que les moins plus éloignés des préoccupations environnementales :




  • Très engagés pessimistes : mariés, retraités, plutôt âgés, peu diplômés, logements de taille moyenne, propriétaires en ville.
    Nombre de pratiques : 9,1 en moyenne.


  • Très engagés optimistes  : âgés, retraités, mariés ou veufs, peu diplômés, propriétaires, logements de grande taille.

    Nombre de pratiques : 8,8.

  • Plutôt impliqués pessimistes  : revenus élevés.

    Nombre de pratiques : 8,9.




  • Plutôt impliqués optimistes : hommes, plutôt âgés, retraités, mariés, propriétaires à la campagne en Ile-de-France, logements de grande taille.

    Nombre de pratiques : 8,4.


  • Intéressés non impliqués pessimistes : jeunes, plutôt des femmes, célibataires, étudiants, diplômés, locataires ou en accession à la propriété, logements de petite taille en ville.

    Nombre de pratiques : 6,7.


  • Pas concernés  : jeunes, faibles revenus, locataires, célibataires, étudiants ou chômeurs, peu diplômés, urbains.

    Nombre de pratiques : 6,7.

    *“Les pratiques environnementales des Français en 2005″ de l’Institut français de l’environnement (IFEN), rendue publique vendredi 14 décembre, et réalisée avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable.