Combat d’arrière-garde au Japon : la chasse à la baleine

Malgré les pressions continues des associations de défense de la nature, Tokyo refuse depuis 20 ans de cesser de chasser les baleines. Arguant que certaines espèces de baleines ne sont pas en danger, comme la baleine Minke d’Antartique qui compterait 1 million d’individus, Tokyo en fait un problème de principe politique plus qu’économique. En effet, aujourd’hui les Japonais ne mangent pas de baleine dans leur vie de tous les jours.

Pour contourner l’interdiction de chasser, le Japon explique qu’il chasse à des fins d’études scientifiques, ce qui ne trompe personne. La chasse est soutenue par des nationalistes qui en font un exemple de défense de leur mode de vie séculaire face à l’invasion des pratiques occidentales.

Résultat, il y aurait 5000 tonnes de stocks de viande de baleine que les quelques restaurants spécialisés qui en servent auraient bien du mal à écouler. De plus, cette chasse est grand peine à être rentable.

baleine

Quels pays chassent la baleine aujourd’hui ?

La chasse à la baleine à des fins commerciales est officiellement interdite depuis 1986 par la CBI, la commission baleinière internationale. Cet organisme a fait l’objet d’une offensive diplomatique de grande envergure en 2006 de la part du Japon qui voulait en prendre le contrôle.

Au sein de la CBI et à coups de dollars, le Japon a acheté le soutien de nombreux petits pays, dont certains qui n’ont même pas de cotes comme le Mali ou la Mongolie. Mais ses principaux soutiens sont la Norvège et l’Islande. 

Que faire  ?

Ces 3 principaux pays chasseurs de baleine, malgré leur position plus ou moins hypocrite, tiennent à leur image internationale et n’ont pas envie de se mettre à dos l’opinion publique internationale. Alors, à chaque fois que l’on peut manifester son désaccord en tant que citoyen, il faut le faire. Par exemple, en soutenant le combat de GreenPeace sur ce sujet.

baleine à bosse

Population : les baleines sont-elles toujours menacées ?

On n’en est plus à la situation des années 70 et 80 quand les plus gros mammifères du monde étaient menacés de quasi disparition du fait d’une chasse commerciale intensive. Toutes les grandes espèces de baleine étaient alors en danger. 

Heureusement, cela a été évité et aujourd’hui on peut à nouveau trouver des populations significatives de baleines. En hiver par exemple, au large des îles Hawaï dans le détroit de ‘Au’au, où des on trouve des baleines à bosse, appelées mégaptères.

Ces animaux de 40 tonnes qui avaient été réduits à quelques milliers sur toute la planète ont pu se reconstituer après un moratoire sur leur chasse promu dans les années 60. 

Aujourd’hui, le recensement le plus complet fait sur ces baleines à bosse montre qu’elles seraient à nouveau entre 10 et 25 000 dans le Pacifique Nord….Ouf ! Pourtant, chaque année ce sont environ 300.000 baleines, marsouins ou dauphins qui meurent pris dans les filets des flottilles de pêche dans le monde.

D’autres meurent tout simplement du fait d’une collision contre des bateaux, toujours plus nombreux sur les mers avec l’explosion du commerce mondial.

Lire aussi Zoom sur la biodiversité en danger

Océans : c’est encore pire qu’on le pensait