Cheminée bio à éthanol : bon plan ou arnaque ?(2)

Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :
Envoyer cet article par e-mail

>>>Suite de Cheminée au bio éthanol : bon plan ou arnaque ?

Produit tendance, la cheminée au bio éthanol n’en finit pourtant pas de défrayer la chronique à cause de ses risques pour notre santé. Quels sont les véritables dangers de la cheminée au bio éthanol?

Les inconvénients de la cheminée bioéthanol

Contrairement aux apparences, la cheminée au bio éthanol chauffe…peu : 5 kW maximum. Ce qui peut prêter à croire qu’il s’agit en réalité que d’un simple gadget…De plus, la cheminée au bio éthanol est peut-être moins chère qu’une cheminée classique, mais il faut quand même compter 2 € le litre en moyenne de bioéthanol : 5 ou 6 fois plus cher que le bois d’un insert (à rendement équivalent); une aberration économique?

D’autre part, les bio-cheminées ne bénéficient pas de crédit d’impôt comme les poêles à bois ou les cheminées classiques car elles ne sont pas considérées officiellement comme des moyens de chauffage, pas même d’appoint.

La cheminée bio: la polémique

Certes, la cheminée au bio éthanol connait un succès croissant, mais la polémique concernant sa sécurité fait aussi parler d’elle depuis quelques semaines. Ces cheminées que beaucoup disent économiques et pratiques, sont-elles vraiment sans danger?

Cheminée bio à éthanolRien n’est moins sûr lorsque l’on sait que la combustion de l’éthanol, extrêmement inflammable, dégage du dioxyde de carbone et de l’eau. Jusque là vous me diriez "rien d’anormal"… Toutefois (et c’est là que ça se complique), si la cheminée est placée dans une petite pièce mal ventilée, où l’air ne circule pas suffisamment, la combustion de l’éthanol sera incomplète et va dégager de l’eau mais aussi….du monoxyde de carbone et des particules noires de carbone polluantes!

Or le monoxyde de carbone est un gaz toxique vicieux car il est incolore, inodore et bloque les échanges de dioxygène avec l’hémoglobine du sang au niveau des poumons. En bref, outre les risques de brûlures, la cheminée au bio éthanol peut-être synonyme d’humidité, d’augmentation du taux de CO2 dans l’air de la maison, et de production de monoxyde de carbone, sans oublier les particules de carbone et donc la pollution. La cheminée au bio éthanol, le bon plan pour nous tuer à petit feu?

A noter : La norme AFNOR NF D35-386 pour les cheminées à l’éthanol a été homologuée par décision du Directeur Général d’AFNOR le 1er juillet 2009 et a pris effet le 1er août 2009. Cette norme détermine les caractéristiques, les méthodes d’essai et le marquage des appareils, non raccordés à un conduit de fumée ou à un système d’évacuation des produits de combustion, fonctionnant à l’éthanol sous forme liquide ou gélifié.

Lire également sur l’habitat écolo

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    J ai suivi tous les conseils de ces fabricants ( qui ne pensent qu’à vendre) et mon fils a été brûlé à 40 % du corps dont 22% au 3ème degrés avec trachée et poumons brûlés (tout ça par la vapeur d eau chaude). Et pourtant, il était a un mètre de cette cheminée. Cela a fait un souffle lorsqu’ il est passé devant. Le vendeur m’avait dit ; il n y a aucun risque ! JE VAIS FAIRE TOUT POUR QUE CELA N ARRIVE PLUS A D AUTRES ENFANTS OU ADULTES, c est honteux de mettre un tel produit sur le marché.
    Prenez garde c est DANGEREUX !

  2. Ayant une cheminée au bio-ethanol à la maison, je peux vous assurer que c’est le top ! les radiateurs sont réglés sur 17° et dès que nous rentrons à la maison, nous allumons la cheminée à l’éthanol. C’est beau, sans odeur et ça chauffe ! 1h après, nous approchons les 20° et bien souvent nous réduisons la flamme car ce serait ensuite trop chaud… Notre réservoir d’1,5 litre dure 4 heures !!!
    Et pour ceux qui cherche du Bio-Ethanol dans le Var, j’en vends, en tant que professionnel, à 2,20 € le litre. HYERES. Tel.0662723078

  3. POLLUTION FEUX DE BOIS ! Attention les cheminées feux de bois ouverts sont très polluantes pour votre santé ! Les feux de cheminée pollueraient autant que les pots d’échappement. Isabelle Momas, docteur en pharmacie et directrice du département de santé publique et biostatistique de l’université Paris Descartes, apporte davantage de précisions : « Les études écologiques relient les concentrations ambiantes quotidiennes en PM10 ou PM2,5 et les effectifs journaliers de décès cardio-pulmonaires et d’admissions hospitalières aux urgences. Les études individuelles associent exposition aux particules et exacerbation voire survenue d’asthme, de symptômes respiratoires et réduction des performances ventilatoires ».
    La combustion de bois à des fins de chauffage produirait 4 100 tonnes d’émissions de PM2,5, soit le tiers des émissions en Ile-de-France. A l’intérieur des habitations équipées d’une cheminée, leur concentration atteindrait des taux quatre à cinq fois supérieurs aux seuils recommandés pour le dioxyde d’azote, le monoxyde de carbone ou encore le benzène. Et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) enfonce le clou : Les particules fines de ces feux de cheminée occasionneraient 42 000 morts par an dans l’hexagone.

  4. C’est très joli et décoratif……encore faut-il trouver du bio-éthanol près de chez soit et à un prix descent !!!
    De plus, ça chauffe vite mais pas très longtemps même le gel n’est pas très efficace…..
    Donc en résumé : c’est pas trop cher à l’achat mais ça le devient dans le temps -> en moyenne 2,80€ le litre pour environ 45min de chauffe sans compter les kilomètres parcouru pour en trouver et si on le commande sur internet, il fait attendre 10 jours et payer 21€ de frais de port car c’est un produit inflammable !!! En gros c’est un objet de decoration qu’il faut utiliser que le dimanche pour faire beau !!!

  5. Si les cheminées à bois sont tellement polluantes, que dire d’une cheminée qui brûle de l’éthanol en dégageant les produits de combustion directement dans la pièce !!!

  6. N’avez-vous jamais rêvé de vous retrouver devant un bon feu de cheminée ? Moi oui ! Seulement voilà si votre foyer n’est pas équipé d’un poêle à bois à combustion avancée ou d’un poêle encastrable, le côté…romantique du feu de cheminée risque de se transformer en cauchemar car d’importantes quantités de polluants liés à la fumée de bois vont se diffuser dans l’atmosphère et peuvent se révéler dangereux pour la santé humaine et l’environnement.

    Une cheminéeUn danger confirmé par l’Ademe

    Selon l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Ademe), le feu de bois compte parmi les gros pourvoyeurs de polluants, en particulier de particules fines, l’un des principaux facteurs récurrents de pollution de l’air avec les oxydes d’azote.

    Hormis les niveaux de particules et les oxydes d’azote, l’air respiré aujourd’hui est meilleur qu’il y a deux ou trois ans, a toutefois reconnu Philippe Van de Mael, président de l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie.

    Le saviez-vous ?Le saviez-vous ?

    Le chauffage au bois émet environ 10 fois moins de gaz à effet de serre qu’au fioul et 5 fois moins qu’au gaz

    Chantal JouannoRéaction de C. Jouanno

    « Une demi-journée au coin du feu, c’est autant de particules que 3.500 kilomètres en diesel » signale la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Chantal Jouanno.
    Quand on sait que l’un des objectifs du Grenelle de l’environnement était de doubler l’usage du bois d’ici 2020 pour lutter contre le réchauffement du climat. Est-ce vraiment le bon choix ?

    La combustion du bois tous secteurs confondus (domestique, industriel et collectif) représente :

    *
    jusqu’à 77% des émissions nationales d’hydrocarbures aromatiques polycycliques
    *
    27% des particules PM10
    *
    40% pour les plus fines (PM2,5)

    Ces dernières sont aussi les plus dangereuses car elles peuvent causer des irritations aux yeux et à la gorge, des maux de tête, des allergies et aggraver les problèmes cardio-respiratoires . C’est aussi respectivement 22 et 21% des émissions de composants organiques volatiles et de monoxyde de carbone.

    Selon l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie, il va donc falloir en priorité :

    *
    encadrer le développement de la biomasse énergie
    *
    se débarrasser des appareils anciens
    *
    encourager l’installation d’insers dans les cheminées

    Aujourd’hui, les grosses chaudières font l’objet de réglementations sévères et du label « Flamme verte ». En revanche, la réglementation sur les cheminées ou autres barbecues est inexistante.

  7. Une cheminée au feu de bois allumée durant 1/2 journée dégagerait en particules nocives pour l’organisme l’ équivalence d’une distance parcourue de 3500 km par véhicule fonctionnant au Diésel…

  8. Les cheminées au feu de bois sont toxiques pour la santé…

    C’est un rapport sur la combustion du bois et la qualité de l’air d’Atmo Rhône Alpes qui a allumé le feu. Le bois-énergie émettrait de nombreuses substances toxiques, dangereuses pour la santé mais aussi pour la qualité de l’air. Des assertions tempérées par les professionnels du bois qui préconisent avant tout un bon usage de cette énergie.

    Fumer nuit gravement à la santé. Mais la fumée du bois aussi. C’est en tout cas ce qu’avance le rapport d’Atmo Rhône-Alpes* sur les risques sanitaires du bois-énergie. Selon le rapport, « plusieurs éléments factuels incitent à un encadrement de l’usage du bois-énergie, surtout dans le chauffage individuel, les émissions de polluants présentant des risques sanitaires élevés, plus importants qu’avec les autres combustibles ».

    Résultat : une polémique très fumeuse qui échauffe la filière bois, notamment l’ADEME* et les industriels du secteur.

    Il faut dire que le rapport est à charge contre l’énergie-bois. Outre les éléments dégagés normalement dans une combustion complète – CO2* et H2O* -, d’autres substances s’ajoutent en cas de combustion incomplète : monoxyde de carbone, suies, goudrons, charbon, COV*, HAP*, dioxines, furannes, etc. « Ces particules fines présentent un impact sur la santé, car elles ne sont pas retenues dans les narines et la gorge mais pénètrent profondément dans l’organisme jusqu’aux poumons puis dans le sang, explique même l’ITEBE* sur son site internet La fraction dite organique de ces particules ainsi que les suies sont réputées particulièrement nocives ». Evidemment, tout dépend du type de chauffage choisi : « entre la meilleure valeur (chaudière à condensation ÖKOFEN sur banc d’essai) et la moins bonne (cheminée ouverte), on passe de 20 g/GJ à 750 g/GJ », relativise l’ITEBE. Chauffage au bois et pollution atmosphérique

Moi aussi je donne mon avis