Bonus-Malus : les nouveautés 2011-2012

Riche de son succès en 2010, le Bonus-Malus va durcir davantage ses règles au cours de l’année 2011 au risque de perturber vivement le marché automobile…

Bonus-Malus : le gouvernement nettement moins généreux…

Le succès trop fulgurant du Bonus-Malus a fait un trou non négligeable dans le budget de l’État. En effet, tandis que le Malus lui a permis de bénéficier de 250 millions d’euros de recettes, le Bonus a quant à lui fait perdre 750 millions d’euros à l’État.

Ainsi, outre la suppression de la prime à la casse et la diminution des paliers de bonus de 5 g (et 10 g en 2012), le gouvernement a décidé de durcir la norme de manière générale :

Tout d’abord, dès le 1er janvier 2011, le nouveau texte met fin au bonus spécifique GPL de 2.000 euros, normalement attribué lors de l’achat d’un véhicule fonctionnant au GPL ou au gaz naturel.

Par ailleurs, le bonus de 100 euros pour l’achat de voitures émettant entre 116 et 125 g de CO2/km sera également aboli dans le courant 2011.

De plus, pour bénéficier d’un bonus de 400 euros, il vous faudra acheter un véhicule émettant de 91 à 110 g/km maximum, au lieu de 115 g en 2010, lorsque la prime était encore de 500 euros.

Et ce n’est pas tout : dès janvier 2011, la prime de 1 000 euros pour l’achat d’un véhicule émettant de 61 à 95 g de CO2 est rabaissé à 800 euros et concerne dorénavant que les véhicules émettant de 61 à 90 g de CO2.

Enfin, si vous souhaitez acquérir un véhicule hybride, sachez que pour profiter de la prime de 2.000 euros, la voiture devra émettre moins de 111 g de CO2, au lieu de 135 g en 2010.

Le Malus toujours fidèle à lui-même…

Concernant les Malus, si les factures ne changent pas par rapport à 2010, il en est tout autre pour les taux de CO2/km tolérés.

La facture atteindra :

  • 200 euros pour les véhicules qui émettent entre 151 et 155 g de CO2/km (contre 156 et 160 g en 2010),
  • 750 euros pour ceux qui émettent entre 156 et 190 g de CO2 (contre 161 et 195 g en 2010),
  • et 1 600 euros pour les véhicules qui dégagent entre 191 et 240 g de CO2 (contre 196 et 245 g en 2010).

L’addition s’élèvera à 2.600 euros pour les émissions de CO2 supérieures à 240 g, contre 245 g en 2010…

Toutefois, une bonne nouvelle dans cette avalanche de désillusions, le gouvernement ne remet pas en question la prime de 5.000 euros pour les voitures émettant moins de 60 g de CO2/km.

Je réagis

Lire également sur le transport durable