Baromètre Ethique & Environnement : 3è palmarès

Rédigé par Consoglobe, le 12 Feb 2008, à 14 h 15 min

> L’année 2008 changera-t-elle votre regard sur les grandes entreprises en matière d’éthique et d’environnement ? Rien n’est moins sûr…

> Neuf mois après son lancement, le « baromètre Ethique et Environnement » voit s’élever le nombre de votants désireux de donner leur avis sur 72 marques venus de tous les secteurs : de l’automobile à la grande distribution, du High-tech au textile, en passant par les multinationales, l’alimentation… Tous attendent le verdict des consommateurs…

> Et il est toujours aussi sévère : avec une moyenne générale de 1,7 sur 5, les entreprises n’ont plus qu’à retourner à leurs devoirs en matière d’Ethique et d’Environnement !

Vous êtes toujours aussi exigeants et vous avez raison. Ce 3ème baromètre a cependant apporté son lot de surprises parmi les marques les moins bien notées…

Principaux enseignements du 3è baromètre

Et les heureux élus sont…

  • On prend les mêmes et on recommence : le podium reste inchangé avec Nature et Découvertes loin devant Evian et Yves Rocher. Les marques dont l’image est associée à la nature restent ainsi les mieux perçues… Mais n’oublions pas : notre planète préfèrera toujours nous voir consommer l’eau du robinet que celle en bouteille , mettre des produits cosmétiques labellisés BIO que ceux non labellisés.
  • La société Google confirme son entrée dans le Top 5 et se retrouve au pied du podium, juste devant Tetra Pack (-1) qui perd ainsi une place.
  • Autre confirmation « surprise » : Ikéa continue sa progression (+2) qui conduit l’enseigne suédoise à la sixième place. Est-ce la récompense de son engagement à acheter uniquement du bois labellisé FSC .

    Montées et descentes

  • Une reconnaissance que peine à avoir une enseigne comme Castorama (+4) malgré une politique en faveur du développement durable réelle  : sa progression est plus lente mais tout de même perceptible avec une entrée remarquée dans le Top 20.
  • Une des grandes perdantes de ce baromètre : La Camif (-20) qui se retrouve à une modeste 32e place. Injuste au regard de ses efforts et de la certification de nombreux de ses produits  ?
    Rien n’est irrémédiable : sa note n’est qu’en légère baisse, sa chute au classement est avant tout due à des notes très resserrées et donc à la difficulté des consommateurs à départager les différentes enseignes.
  • Les marques de la Grande distribution sont, elles, en hausse. Ce secteur reste l’un des mieux perçu par les consommateurs. Leclerc se maintient à la septième place juste devant Auchan (+7) qui s’installe dans le Top 10 tandis que Carrefour (11e) gagne 3 places. Un bémol : la légère baisse de Monoprix (-3).

    >> Les produits équitables qui garnissent les rayons influencent sans doute l’image de ces hypers qui sont pourtant loin d’être exemplaires au niveau du prix de ces produits… http://www.consoglobe.com/ac-commerce-equitable_1982_hypers-equitables.html

    L’Automobile voit la vie (un peu) en vert

  • Mais « LA » surprise de ce baromètre est le secteur Automobile dont toutes les marques connaissent une embellie : Peugeot (33e, +7), Renault (36e, +6), Citroën (43e, +1), Volkswagen (53e, +11) , BMW (57e, +5), Mercedes (58e, +9), Volvo (62e, +7), Ford (64e, +2).

    >> Seul Toyota (54e, -3) régresse au classement mais voit sa note globale en hausse. Alors qu’elle est souvent à la pointe de l’innovation en matière environnementale , l’entreprise nipponne n’est que le cinquième constructeur automobile de ce baromètre.

    >> Si les constructeurs automobiles ont le vent en poupe, l’image des sociétés pétrolières est toujours très mauvaise. Exxon et Total échouent ainsi aux deux dernières places, tandis que BP (+4) se retrouvent désormais à la frontière du «flop 5».
    >> Les initiatives entreprises par des groupes comme Total ne suffisent pas encore à corriger leur image.

    Des multinationales désapprouvées

  • En plus des deux marques pétrolières, ce « flop 5 » se compose de 3 groupes de renommée mondiale qui ont enregistré de fortes chutes au sein du classement : LVMH (70e, -14), Vivendi (69e, -11) et Generali (68e, -8).

    >> À noter le nombre de votes blancs élevé pour ces 3 enseignes : leurs politiques et leurs valeurs restent méconnues du grand public.

    Le Baromètre et ses 7 chiffres

  • 1,7  : la moyenne générale de ce 3e baromètre (+0,2 points)
  • 2,1 : la note moyenne du secteur de la grande distribution (+0,3 points)
  • 1,5  : la note moyenne des constructeurs automobiles (+0,3 points)
  • 1,2  : la note moyenne du secteur pétrolier (+0,2 points)
  • 8760 : le nombre de votants
  • 50564 : le nombre de votes
  • 13,4 : le % de votes blancs

  • > Besoin d’informations sur l’engagement des marques ? Consultez notre annuaire des entreprises .

    > Vous voulez connaître les marques qui bougent pour la planète ? Retrouvez-en dans nos portraits de marques .

    > Envie de faire entendre votre voix ? Participez à la 4ème vague de notation ICI .

  • Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
    consoGlobe vous recommande aussi...

    Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

    Chargement
    Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

    Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

    Informations personnelles

    Total du don : 5.00€

    En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


    
    2 commentaires Donnez votre avis
    1. Voici un article de NICE MATIN paru au sujet du Baromètre (merci à nos amis niçois :))

      L’écologie sert d’alibi à la publicité

      Depuis que l’environnement et la consommation durable sont des valeurs en hausse qui
      préoccupent de plus en plus le consommateur, on voit fleurir les publicités «écolos». De
      nombreuses marques n’hésitent pas à détourner la sensibilité écologique pour présenter
      leurs produits. D’autres entendent valoriser leurs actions et mettent en avant leurs initiatives
      pour améliorer leur image. L’écologie et l’éthique deviennent un enjeu commercial fort. A tel
      point qu’on parle de « Greenwashing », de blanchiment d’image par l’écologie, pour
      qualifier la déferlante de publicités «vertes». Un sujet soulevé sur le site consoGlobe.com.
      Portail grand public de la consommation durable sous toutes ses formes, consoGlobe.com
      réunit plus d’un million de membres inscrits et 730 000 visites par mois. On y retrouve un
      guide des grandes marques et leurs engagements éthiques, une boutique verte avec 12 000
      produits et de nombreuses infos. En mai 2007, le site a également lancé le «Baromètre
      Ethique et Environnement» dans le but d’évaluer l’image que les consommateurs ont des
      grandes marques et des grandes entreprises en matière d’éthique et d’environnement. Tous
      les secteurs sont représentés : automobile, alimentation, high-tech, grande distribution,
      textile… A l’heure où les entreprises accentuent leur communication pour convaincre de
      leur fibre verte, on constate grâce à ce baromètre un écart entre le discours des marques et
      leur perception réelle par le public en matière de développement durable. Et contrairement à
      ce qu’on pourrait croire les consommateurs ne se laissent pas prendre à ce jeu du « c’est
      moi, le plus vert ». Leur verdict est très sévère pour les 72 marques évaluées. Lors du
      dernier baromètre, les 50 000 votes ont quand même laissé le bénéfice du doute aux
      constructeurs automobiles qui voient leurs efforts en faveur de l’environnement mieux
      perçus mais ils n’ont fait aucun cadeau à ces entreprises qui en font de plus en plus pour se
      rendre éthiques…
      H.E.
      C

    2. Je suis un peu surprise pour la marque Yves Rocher. Bien qu’elle possède une image proche de la nature, j’ai découvert qu’elle mettait de l’aluminium dans ces produits de beauté alors que cet élément a déjà été dénoncé pour sa dangerosité comme produit corporel.

    Moi aussi je donne mon avis