Automobile. Gare à la climatistion !

Qu’il est loin le temps où la climatisation faisait figure d’ « option de luxe » dans nos voitures… Aujourd’hui, plus de 3 véhicules neufs sur 4 sont climatisés ! En 2020, ce sera 9 sur 10 !

Doucement sur la climatisation !

climatisationLa clim’. Son point positif : notre confort s’en trouve accru.

Son point noir : notre consommation de carburant et les émissions en CO2 s’en trouvent accrus.

  •  En ville, la clim’, c’est en moyenne 31 % d’essence consommés en plus (35 % de gazole pour les Diesel) !Sur route, la clim’, c’est environ 16 % d’essence consommés en plus (20 % de gazole pour les Diesel) !
  • Pour un véhicule de gamme moyenne, la climatisation est responsable à elle seule d’une augmentation de 10 à 15 % de ses rejets annuels de gaz à effet de serre (dont environ 5 % de CO2 émis en plus par an).
  • Un fluide frigorigène (R134a) présent dans le circuit d’une climatisation est rejeté lors de fuites, de maintenance, d’entretien, ou encore d’accident. Or ce fluide est un gaz à effet de serre 1 300 fois plus puissant que le CO2 !

Economisez votre climatisation :

> Pensez à ouvrir vos fenêtres avant d’enclencher votre climatisation pour évacuer le maximum de chaleur… sans oublier de les refermer avant de mettre la clim’ en marche.

> Réglez la température de votre climatisation 5 à 7°C en dessous de la température extérieure. Ce réglage permet à la fois de limiter son fonctionnement… et d’éviter un sérieux « coup de froid » !

> Utilisez la commande « recyclage » par fortes chaleurs, si votre véhicule en est équipé : ce réglage récupère l’air frais de l’habitacle et réduit donc l’énergie consommée par la climatisation.

> Faites changer les filtres à air et à pollen suivant les conseils du constructeur. Tant que votre climatisation fait du froid, inutile de la faire réviser, ni de la faire recharger en fluide frigorigène.

 

Stationnez à l’ombre pour éviter de surchauffer votre habitacle.

Climatisation – Les constructeurs sous pression

  • Pour lutter contre le changement climatique, l’Union Européenne a pris des premières dispositions. Depuis le 1er janvier 2011, un système de climatisation à base de gaz à effet de serre fluorés dont le potentiel de réchauffement planétaire est supérieur à 150 est interdit pour les nouveaux véhicules,. À partir du 1er janvier 2017, cette loi concernera tous les véhicules neufs.
  • Tous les équipementiers sont donc contraints à développer une future climatisation sans R134a.
    Pour le remplacer, plusieurs gaz réfrigérants ont été testés :>>> Longtemps le plus prometteur fut le CO2, largement moins puissant que les HFC.

> Le R744, à base de CO2, semble aujourd’hui avoir la faveur des équipementiers. Le spécialiste américain Visteon a annoncé la commercialisation de la climatisation au R744 pour 2009.

  • Mais de nombreux points concernant ces nouveaux systèmes sont à résoudre : leur coût de fabrication élevé, leur fiabilité ou encore leur étanchéité

Eléments de climatisation au CO2

Le potentiel de réchauffement planétaire (PRP)

Le PRP valorise l’impact d’un gaz à effet de serre fluoré par rapport à celui du dioxyde de carbone.> Le R134a a donc un PRP de 1300

> Le PRP du R744 est de 1, il ne nécessiterait aucun recyclage en fin de vie du véhicule. Mais son fonctionnement à haute pression augmenterait son coût de fabrication.

*

A lire, Recycler le liquide réfrigération de votre climatisation

Ecoconduite : 25 conseils pour économiser l’essence

Retrouvez les nouveautés automobiles en faveur de l’environnement