Bientôt des arbres phosphorescents pour éclairer nos rues ?

Bientôt des arbres phosphorescents pour éclairer nos rues ?

Remplacer les lampadaires par des arbres phosphorescents, l’idée paraît… lumineuse ! Il s’agit en effet d’un projet développé par des ingénieurs et scientifiques de San Francisco. Plein phare sur une innovation qui pourrait bien révolutionner les éclairages publics.

Des arbres phosphorescents pour remplacer nos traditionnels lampadaires

Une équipe de l’université de Cambridge a réussi à mettre au point un procédé permettant de transférer des informations de bioluminescence de certains organismes vivants à d’autres espèces. Ces scientifiques ont ainsi pour projet de créer des arbres phosphorescents.

L’objectif de ces derniers ? Eclairer suffisamment pour pouvoir remplacer les lampadaires dans la rue.

Arbres phosphorescents

fleche-Bientôt des arbres phosphorescents pour éclairer nos rues ? L’idée est originale et pose question : est-il possible d’éclairer sans électricité ? Selon les scientifiques, la réponse est oui.

Cette nouvelle discipline a pour but de concevoir, construire et synthétiser de nouveaux organismes et fonctions biologiques qui n’existent pas tels quels dans la nature.

Des arbres phosphorescents pour éclairer les rues : utiliser des organismes naturels capables de produire de la lumière

L’idée développée par le projet d’arbres phosphorescents est d’insérer des circuits génétiques issus de lucioles dans une plante. Et cela, afin d’obtenir de cette dernière qu’elle émette une lueur.

Mais si la nature est pleine d’organismes capables de produire de la lumière, celle-ci reste trop faible pour éclairer de façon véritable.

Luciole

Alors, afin d’augmenter cette lumière, les chercheurs de l’université de Cambridge ont cherché à modifier le génome d’insectes (lucioles) et de bactéries sous-marines (Vibrio fischeri) de façon à accroître leur production d’enzymes capables de stocker la lumière.

Ils ont également poursuivi leurs études pour parvenir à mettre au point des composants capables d’être insérés au sein même d’un génome.