22 nouveaux perturbateurs hormonaux sur la liste SIN

22 nouveaux perturbateurs hormonaux sur la liste SIN

La liste SIN (Substitution immédiate nécessaire) a récemment été mise à jour, identifiant 22 nouveaux perturbateurs endocriniens comme étant des “substances chimiques extrêmement préoccupantes d’après le règlement Reach (Enregistrement, Évaluation, Autorisation et Restriction des substances chimiques).

Une dénonciation au niveau européen

Le Reach : explications

Mis en place en 2007 au sein de l’Union Européenne, Reach est un règlement concernant les produits chimiques.

L’objectif de ce règlement est d'”assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques”.

Le 3 mai  2011, plusieurs ONG menées par ChemSec, qui luttent pour libérer l’environnement des produits toxiques, ont présenté à Bruxelles une réactualisation de la liste SIN, y ajoutant 22 perturbateurs hormonaux présents dans de nombreux produits et biens de consommation.

Cette présentation s’est faite lors d’une audience publique sur les perturbateurs endocriniens, lors de laquelle étaient présents des représentants de la Commission européenne, des représentants d’entreprises et également des scientifiques.

La liste SIN pour un monde moins toxique

Projet conduit par plusieurs ONG, la liste SIN contient 378 substances chimiques identifiées comme très préoccupantes sur la base du réglement REACH de l’Union Européene.

Le but de cette liste est de pousser les décideurs et législateurs européens à demander que ces substances chimiques encore aujourd’hui utilisées soient remplacées par des substances non-toxiques.

Ces 22 substances nouvellement identifiées sont qualifiées de “perturbateurs endocriniens“, ce qui signifie qu’elles interfèrent avec le système hormonal de l’homme, pouvant alors provoquer des troubles comportementaux, des problèmes de fertilité, du diabète ou certains cancers.

> Une hormone est un messager chimique fabriqué par un organe et transporté par le sang pour agir à distance, sur une autre partie du corps.

Des informations préoccupantes que ChemSec et plusieurs autres organismes comme Réseau Environnement Santé, veulent porter à l’attention de la Commission européenne, afin que les perturbateurs endocriniens soient placés sur la liste candidate de Reach, dans le but de les voir un jour interdites.

La suite p.2> Les 22 substances montrées du doigt